Comment je reviens aux sources.

Au départ, je voulais faire de « Zombitions » un roman très léger, drôle, sans prise de tête. L’héroïne avait deux pieds gauches, elle parlait comme un charretier, et avait des préoccupations très matérielles.

Puis vint l’événement que je ne nommerai pas pour ne pas spoiler. Événement que je retardai le plus possible dans le roman pour ne pas perdre le côté « je-m’en-foutiste » de l’histoire.

Et puis, à la vingt-millième relecture, je me suis mise à changer des tournures, à retirer des expressions un poil trop vulgaire. En gros, à écrire « comme je le fais d’habitude ». Et tout de suite, c’est drôlement moins léger.

Un exemple :

Avant la relecture de ce matin, j’avais écrit ça : « Mélodie signait, souriait, répondait aux questions des uns et des autres, tandis qu’Evy pensait à la prochaine infection. »

Une phrase toute banale, qui dit bien ce qu’elle veut dire, et qui finalement, dans le contexte, ne cache aucune horreur particulière. C’est juste un fait.

À la relecture de ce matin, j’ai ajouté ça : « Mélodie signait, souriait, répondait aux questions des uns et des autres, tandis qu’Evy pensait à la prochaine infection, celle qui les tuerait peut-être tous. »

Et PAN, un peu d’angoisse.

Il ne suffit pas de grand chose pour changer le ton d’un roman. Est-ce que c’est l’un de mes nombreux défauts ? Je me fais violence pour ne pas sombrer dans l’obscurité la plus complète, pour la simple raison qu’Evangeline ne survivrait pas à ce changement d’ambiance. Il me faudrait changer d’héroïne, et je m’y suis trop attachée.

Félicitations, Evy ! Tu as réussi à imposer ta marque dans ma vie.

Mes projets zombies

ob_c7a9d9_2014-03-11-15-16-09

Aujourd’hui, je vais vous parler de mes trois prochains projets, puisqu’ils sont tous les trois sur le même thème : les zombies.

Il faut savoir que jusqu’à récemment, j’avais une peur bleue de ces créatures. J’avais vu le premier Resident Evil au cinéma, et depuis, ma plus grande trouille était que l’Apocalypse Zombie arrive. Je me faisais des scenarii tous plus gores les uns que les autres, je ne voulais pas être toute seule la nuit parce que « imagine il y a une invasion !!! », et je ne voulais surtout plus JAMAIS lire ou voir un truc avec des zombies.

Jusqu’au jour où ma copine Élodie, du blog Elo-Dit, réussit à me faire participer à un swap Zombie. Le principe ? Envoyer et recevoir un colis avec des livres/objets sur le thème des morts-vivants. Le paquet reçu de Lætitia était tout bonnement incroyable, et depuis, oui, je peux le dire, je surkiffe les zombies. Un jour, je vous parlerai du roman-que-j’aime-d’amour-fou, « Vivants » d’Isaac Marion, mais là tout de suite, je vais parler de moi (parce que j’aime ça).

Projet 1 : « Epsilon », à paraître dans le magazine web Absinthe du mois de mars.
Pitch : Sélène est une Lupus, une manipulation génétique de l’Armée. Chargée avec sa meute de veiller sur le site Epsilon, où sont enfermés d’autres expériences, elle va se heurter à un groupe de civils se battant pour les droits de l’Homme.

Projet 2 : « L’Autre Menace », à paraître chez Lune Écarlate (date inconnue)
Pitch : « Vous pensiez que l’Apocalypse serait la pire épreuve qu’aurait à affronter votre couple et qu’après ça, rien ne pourrait plus le détruire ? C’est ce que j’imaginais aussi, jusqu’à son arrivée. »

Et je ne résiste plus à l’envie de vous présenter mon nouveau bébé :

Projet 3 : « Zombitions » (plus d’infos bientôt)
Pitch : Si on demandait à Evangeline ce qu’elle aimerait faire de ses journées, elle répondrait sans hésiter : du shopping et écrire son prochain roman. Sauf qu’Evy est née dans une famille de Tueuse de Zombies, et que c’est une mission à plein temps. Entre son ventre qui s’arrondit, les infections de plus en plus nombreuses, et la Magie dans l’air, ce dont elle rêve en ce moment c’est de prendre des vacances !

Les deux premiers projets sont des nouvelles, « Zombitions » est un roman. Je suis d’ailleurs dans les premières corrections (premières d’une longue série !), aidée par ma bêta-lectrice Alpha, ma petite môman. Elle traque les fautes et coquilles qui auraient échappé à ma vigilance. Après ça, c’est mon petit mari qui va partir en chasse des incohérences et des « trucs qui vont pas trop bien ». Puis il sera temps de passer à des bêta-lectures moins proches pour avoir une meilleure vue d’ensemble. À ce stade, le roman me sortira par les yeux, et j’aurai bien besoin de nouvelles paires pour y voir plus clair !

Vous l’aurez remarqué, « Zombitions » est très loin des univers sombres dans lesquels je me complais d’ordinaire. J’avais besoin d’un peu d’air frais. 🙂 Et en attendant de vraies infos sur la sortie prévue de ce roman, je retourne à mes corrections en compagnie d’Elsa.