Calendrier de l’Avent de la bienveillance

D’ordinaire, je me fais moi-même mon calendrier de l’Avent avec des petites choses sympa. Cette année, surprise (-_-), je n’avais pas la tête à ça. Alors je pique sans honte ce calendrier de la bienveillance vu sur le compte Twitter d’Harlequin. J’essaie de reprogrammer mon cerveau à faire et voir des choses positives sans réussir à m’y tenir, alors peut-être que ce calendrier va m’aider, qui sait ?

Je ne sais pas encore si je vais tout suivre (j’ai hâte d’être le 22, haha), mais I’ll do my best !

IMG_20191129_110406

Vous le suivez avec moi ? ^_^

[J’ai visité] Le cimetière vert de Niort

J’ai profité de quelques jours de vacances chez une amie pour aller visiter le cimetière naturel de Souché, à Niort. Depuis que je suis un peu ce qu’il se fait dans le domaine funéraire et écologique, c’est un lieu que j’avais réellement envie de découvrir.

Ouvert en 2014 et pionnier dans ce domaine, c’est un cimetière pensé pour réduire au maximum notre empreinte écologique. Il jouxte un cimetière « classique », c’est une option pour les habitants de la ville et pas du tout une obligation. On peut être inhumé, et les cendres peuvent être dispersées dans un jardin des souvenirs, où les feuilles d’un arbre métallique arborent les noms des défunts.

IMG_20191024_113427_resized_20191129_051227909

Comment ça se passe ? Les corps ou les cendres sont rendus les plus naturellement à la terre, avec des cercueils ou urnes biodégradables, et bien sûr, sans soins de conservation. Pas de stèle en marbre mais des pierres en calcaire où il n’y a parfois qu’un prénom. Pas de plaques mortuaires non plus, mais des cailloux peints par les proches. Les familles signent une charte si elles veulent accéder à ce cimetière, ainsi que les pompes funèbres qui s’engagent à ne pas réaliser de soins de thanatopraxie.

IMG_20191024_113422_resized_20191129_051228351

Nous avons traversé le cimetière traditionnel pour arriver dans le naturel. L’atmosphère y est véritablement plus douce, plus respirable, plus vivante et sereine. C’est un lieu de recueillement accueillant, et j’ai trouvé ça très beau. J’espère qu’avec le temps (mais pas trop non plus), plus de municipalités feront le choix de ce type d’option funéraire !

Bonus : une petite vidéo présentant le cimetière.

[À la découverte de] Dixit Énergie, communicatrice animalière

Il y a quelques mois de cela, j’ai fait la connaissance de Julie. C’était peu de temps après la mort de Ghost, et Julie proposait des ateliers de « communication animale » tout près de chez mes parents. C’était un domaine qui m’avait intéressé des années plus tôt mais je n’avais jamais franchi le pas, et alors que j’y repensais, hop, la page de « Dixit Énergie » apparaissait dans mon fil d’actu.
J’ai passé un après-midi fort sympathique à écouter et à apprendre, puis, quelques semaines plus tard, j’ai recontacté Julie pour une communication. J’ai découvert pas mal de petites choses sur mes filles (Isatis évolue vraiment sur un autre plan XD) et même sur Ghost. Je ne vais pas vous raconter tout ce qui s’est dit parce que c’est perso :p, mais ça m’a beaucoup aidé.
C’est donc Julie – Dixit qui est à l’honneur aujourd’hui sur le blog ! Un grand merci à elle d’avoir accepté de répondre à mes questions. 🙂

Dixit

Qui se cache derrière « Dixit – Communication Animale » ?
Je suis cachée, zut (rires) ? Mais il y a du vrai car beaucoup de mes amis ou clients, naturellement ne m’appellent pas par mon prénom, mais « Dixit » ! Bref, c’est devenu mon nouveau prénom ! Mais pour les curieux, je m’appelle Julie Bussière !

Dixit2

Qu’est-ce que la communication animale ?
Pour moi c’est de la médiumnité. C’est communiquer avec l’âme des animaux, comme je le fais avec les défunts (animaux ou humains). Quand je dis communiquer, c’est que je perçois et j’envoie une multitude de sensations, images, sentiments, saveurs, sons, couleurs, nombres à une vitesse fulgurante et que je traduis tout cela en mots. Beaucoup pensent que l’on reçoit directement des paroles. Moi non. Le débat reste ouvert !

Quand as-tu commencé ? Quel a été l’élément déclencheur de ton don d’abord, puis pour te lancer à plein temps dans cette activité ?
J’ai commencé enfant, j’ai toujours parlé avec mon chien pendant que j’étais à l’école. Avec des personnes qui n’étaient plus là aussi…Puis j’ai grandi et gardé cela au fond de moi, au point que quand on me disait que je n’utilisais pas mes capacités, je ne comprenais pas ce que l’on voulait me dire. Un jour j’ai copiné avec une fille qui faisait de la communication animale et là je me suis dit « mais…c’est ce que je fais… » alors je lui demandais pleins de communications pour vérifier ! La pauvre, je n’ai jamais osé lui avouer et je l’ai perdue de vue… Je me suis dit alors que je devais rencontrer des médiums pour comprendre et mieux maitriser tout cela. Puis, tout s’est enclenché sans que je ne le provoque, des rencontres avec des médiums justement, qui m’ont fait comprendre que je n’étais pas folle et que je devais vraiment utiliser mes capacités et les travailler. Grâce à leurs conseils j’ai vraiment progressé. Parallèlement de plus en plus de personnes faisaient appel à moi.
J’envisageais une reconversion professionnelle, mais pas aussi rapide…et pas en médiumnité…. et pourtant, me voici ! Il y a un moment où tu fais des communications et des soins pour les animaux des amis, ceux des amis des amis des amis…et tu te dis que ça te prend beaucoup de temps, que tu aimes ça…alors go ! Je simplifie pour ne pas endormir tes lecteurs, mais vraiment c’est ça, tout s’est fait si naturellement que j’ai du mal à l’expliquer.
Pour moi ce n’est pas un don, même si c’est plus facile si on le fait naturellement … je dirai plus une capacité, un « talent »… C’est comme la danse, le foot, la pâtisserie on peut tous se dandiner sur de la musique, taper dans un ballon ou faire un gâteau, mais pas tous avec les mêmes facilités et pas tous pour le meilleur résultat. En médiumnité, c’est pareil, les prédispositions ou juste le travail ne suffisent pas, pour moi il faut des deux si on souhaite y arriver le mieux possible.

Quelles sont tes conditions optimales pour effectuer une communication ?
Tout est possible, c’est comme une conversation. Mais en effet, pour avoir testé à côté d’une sono et d’une représentation de danse country avec des enfants qui hurlaient à côté…. C’est plus sympa d’avoir un peu de calme…au moins pour entendre les questions et les réponses de mes clients ! D’un point de vue moins basique, l’idéal est que la personne qui fait appel à moi ait vraiment envie d’écouter et d’entendre son animal et qu’elle soit seule car il ressort souvent des choses très intimes. Quant à l’animal, qu’il soit le plus à l’aise possible, dans son environnement, au repos, libre d’aller et venir, de dormir ou non.

Dixit1

Dans ta vie de tous les jours, que t’apporte le fait de communiquer avec les animaux ?
Dans mon quotidien, quand je ne suis pas au travail, pas grand-chose. Communiquer prend beaucoup d’énergie. Je me comporte comme tout le monde avec mes animaux, je ne suis pas « branchée » en permanence sur eux. Et c’est souvent plus compliqué avec ses propres animaux, car nos sentiments et notre mental prennent le pas plus facilement sur les perceptions. Le petit plus c’est qu’en balade j’en profite pour « discuter » avec des écureuils, des hérons, des lièvres …mais les laisser tranquille, c’est bien aussi ! Je pars du même principe sur les autres animaux. Communiquer sur le même mode de temps en temps c’est bien et utile, tout le temps, non. Aimeriez-vous tout le temps être sollicité par le chat du voisin pour savoir comment vous allez ou par votre défunte et respectable arrière-grand-mère ? Et bien l’inverse est pareil. S’il a été fait que nous soyons sur des canaux de communication différents, il faut selon moi le respecter. C’est très fatigant, bien qu’agréable, tant pour le médium (communicateur), que l’animal ou le défunt.

J’imagine que toutes les communications sont importantes, mais y en a-t-il une en particulier qui pourrait être ton meilleur souvenir ?
Oui toutes sont importantes et uniques ! Les plus émouvantes en générales sont quand l’animal me fait ressentir la grossesse de son humaine et que je lui mets « la puce à l’oreille » et que cette même personne me recontacte un peu plus tard pour me le confirmer. OU la gratitude de ceux qui ont été sauvés (de l’abandon, de la boucherie…) Ce ne sont pas tant les communications en général qui me laissent les meilleurs souvenirs mais leur résultat. Par exemple j’avais communiqué avec un chien que des cambrioleurs avaient martyrisé au pistolet à billes. Il ne sentait plus en sécurité nulle part et surtout plus chez lui. La solitude lui était devenue impossible comme les bruits violents. Selon sa maitresse il est beaucoup plus tranquille à présent, ne détruit plus, ne cherche plus à s’enfuir… « un autre chien » dit-elle. et moi je le ressens aussi très apaisé. Ou c’est encore un cheval qui suit à un grave accident de concours, ne pouvaient plus être transporté sans vivre un véritable stress ou se comporter normalement en compétition alors qu’il était en professionnel…à présent tout cela est derrière lui et sa cavalière…même si le cheval a bien conservé son sacré (mais attachant) caractère ! C’est dire à un éleveur de vaches laitières que l’une d’elles n’en peut plus, et que celui-ci en tienne compte et la mette en retraite au pré ! Ça, se sont de chouettes résultats de communication, au service du bien-être de ceux-ci ! Mais pour finir sur une note rigolote j’avais des clients qui participaient à haut niveau sur Equita Lyon cette année. L’un d’eux me dit, fait quelque chose ma jument est en stress, ça ne va jamais le faire…etc. ..et la jument de me dire « tu me le calmes là….j’en peux plus moi, son cœur bat vite, sa respiration aussi…. il passe son temps à regarder untel…. » Bref tout était vrai ! J’ai calmé l’humain… et tout s’est bien passé ! 😉

Quelle est ta relation avec les réseaux sociaux ? Est-ce qu’ils t’apportent une visibilité, une manière de communiquer, etc… ?
J’ai un site internet dixitenergie.com et une page Facebook. Je me suis fait un compte Instagram, mais ça ne correspond pas du tout à ma façon de communiquer, donc, je ne l’anime pas.
Mon principal média est Facebook, spontanément 80% de mes clients me contactent par ce biais. Ils y voient mon actualité, quand je peux je fais des petits reportages, des petits sondages…
Le seul inconvénient d’être en vitrine sur internet est que les gens ne tiennent pas compte de ta vie privée, ils attendent que tu sois disponible tout le temps tout de suite…pour cette raison, j’ai fait un message automatique donnant mes horaires. De même que pour les SMS j’en ai fait un disant que je n’y réponds plus, c’est vraiment stressant d’en recevoir en permanence pour le travail (60 à 80 par jour parfois !). Personne ne demanderait des tarifs ou des RV à son coiffeur ou son vétérinaire par SMS … hélas pour moi si. Donc, chers lecteurs, s’il vous plait…appelez moi ou faites-moi un mail…mais pas de SMS ! 😉
Mais à part cet inconvénient, Internet me permet d’avoir une clientèle internationale et ça c’est chouette ! Je travaille beaucoup à distance, mais j’aime aussi aller à la rencontre des gens à leur domicile, sur les élevages, les terrains de compétitions, les salons…. Les réseaux sociaux me permettent tout cela à la fois ! N’hésitez pas à vous abonner à ma page facebook Dixit Energie Communication Animale.

Dixit0

Quels sont tes prochains déplacements ou ateliers ?
Je vais partir en Auvergne, j’y vais assez régulièrement, puis dans le Vercors et Bourgogne…je vais bien voyager jusqu’en Janvier ! Pour les ateliers de formation en communication animale, j’ai énormément de demande, mais je dispose en ce moment de trop peu de temps pour les faire et de peu de place…ceux qui les ont suivis comprendront ! J’en fait quelques-uns à titre privé chez les particuliers ou des élevages à la demande. J’en relancerai surement l’année prochaine, rassurez-vous toujours des petites formules de quelques heures à moins de 100€. En aucun cas on en peut exiger 3 niveaux comme je le vois souvent. Comme je l’ai expliqué la communication animale, c’est-à-dire médiumnité se travaille. Le groupe aide à l’émulation, mais le travail personnel permet d’affiner ses propres ressentis. Mieux vaut des petites sessions où les gens reviennent travailler quand ils veulent, comme ils veulent, s’ils le veulent… que des couteuses sessions de plusieurs jours abrutissantes…au formateur de s’adapter et non l’inverse ! D’autant plus que tout le monde n’a pas le même objectif, donc, chacun doit pouvoir s’arrêter quand il estime avoir l’aisance qui lui convient.

Vous pouvez retrouver Julie sur sa page facebook et son site internet. Elle est également tout le week-end au salon du bien-être de Villette d’Anthon (38) !

#VendrediLecture : Petit bilan…

… de ces derniers mois.

Ça fait longtemps que je n’ai pas parlé de mes lectures, alors faisons un petit point.

Mes dernières lectures marquantes :

« Les 7 vies de Léo Belami« , de Nataël Trapp : un roman policier young-adult avec des retours dans le temps assez agréable à lire. L’intrigue se déroule sur une semaine. Léo Belami est un ado de 17 ans qui vit chaque journée deux fois, l’une en 2018 dans sa vraie vie, et la seconde en 1988, année du meurtre d’une jeune fille de la ville qu’il essaie d’élucider.

« Thorngrove », de Cécile Guillot : Deux sœurs, un déménagement, une petite ville, une malédiction et un manoir hanté. Une ambiance sombre et contemporaine, l’angoisse qui croît au fil des pages tournées, une écriture qui transporte jusqu’au dénouement.

« L’Enceinte 9« , d’Ophélie Bruneau : ah, cette couverture. ♥ J’ai suivi les aventures pré-parution d’Ysa, et j’étais très contente pour Ophélie de la voir signer chez Lynks (j’étais encore plus heureuse de pouvoir enfin découvrir cette Enceinte 9 !). Moi j’aime bien tout ce qui est post-apo dans un univers clos. Plus encore quand on voit le système politique complètement largué malgré de bons sentiments. Ysa est un personnage que j’ai aimé suivre dans sa quête de liberté.

« Le paradis des chiens« , de Sayuri Tatsuyama : Un manga très doux et émouvant. À leur mort, tous les chiens partent dans un paradis où ils peuvent exercer le métier de leur choix. Ils ont alors le droit d’écrire une ultime lettre à leur propriétaire. (J’ai pleuré tout le long des 4 tomes lus.)

« Six of Crows« , de Leigh Bardugo : un très bon univers et des personnages travaillés, c’est dense mais ça se lit tout seul.

« Cadavre Exquis« , d’Agustina Bazterrica : les animaux sont devenus un vecteur de maladie mortelle, donc les hommes n’en mangent plus mais… comment obtenir les protéines nécessaires ? En se livrant au cannibalisme. Eh ouais. Ce livre a été éprouvant, mais alors, quel sujet ! Dérangeant de réalisme…

Et voilà ma PAL :

sdr

J’ai donc terminé « Les 7 vies de Léo Belami », et j’ai commencé « Ciao Bella ». 🙂