[J’ai vu] Katekyo Hitman Reborn! The stage

[English below]

IMG_20190615_120612_resized_20190622_115242181

La semaine dernière, j’étais à Tokyo pour mon premier séjour là-bas depuis huit ans. Je prépare ce voyage depuis environ six mois et aujourd’hui, ça me fait tout bizarre d’en parler au passé.

Si j’avais choisi le mois de juin pour partir, c’était parce que se jouait à ce moment-là un spectacle que je voulais voir. Il faut savoir qu’à chaque fois que je suis allée à Tokyo, j’y ai vu soit une comédie musicale, soit une pièce de théâtre, soit un concert. Le système d’achat des billets étant ce qu’il est aujourd’hui, je n’avais pas envie de me battre pour choper une place et finalement, je suis arrivée à Tokyo en pensant que je n’irais pas voir le spectacle que je voulais. Spoiler alert, je l’ai tout de même vu.

Ce spectacle, c’était la pièce inspirée du manga Katekyo Hitman Reborn!, une œuvre que j’adore depuis des années (s’il fallait compter, ça fait plus de dix ans, le coup de vieux). Le personnage principal, Reborn, était interprété par sa doubleuse de l’anime, Neeko. Tout le reste du casting était des acteurs qui m’étaient inconnus. Et je dois avouer, en voyant les photos promo, que je n’étais pas si enthousiaste que ça… Pour moi, ça ressemblait un peu trop à du mauvais cosplay.

Mais bon, il est apparu qu’il était inconcevable que j’aille au Japon sans voir un spectacle, alors samedi matin, direction le théâtre 1010. Je savais qu’on pouvait acheter les places le jour-même donc il fallait arriver un peu tôt. C’est là que ça se corse. Il y a douze ans, j’avais utilisé ce système pour aller voir une comédie musicale, et c’était premier arrivé, premier servi. Ici, que nenni. Peu importait l’heure d’arrivée, c’était un tirage au sort. Chaque personne venue sans ticket devait tirer un numéro qui lui indiquerait sa place dans la file pour acheter. L’angoisse, surtout que j’étais avec mon frère : et si seulement l’un de nous tirait un bon numéro ? Qu’allait faire l’autre ?

Mon frère a tiré le numéro 5, et moi, miracle, le 8. Nous nous sommes retrouvés rangée 14, ce qui était très bien vu que le théâtre n’était pas très grand. En plus, j’ai échangé ma place contre celle de mon frère pour être en bout de rangée, donc le top du top.

Ne restait plus qu’à savoir si oui ou non, j’allais apprécier le show. Ce n’était pas gagné, surtout que pour l’arc raconté, mon personnage préféré était présent, et je suis difficile. (Difficile dans le sens où pour moi, seul son doubleur de l’anime pouvait l’incarner. XD #KENNforever)

L’arc du spectacle était, pour ceux qui connaissent, l’arc contre les Varia, avec son lot de personnages emblématiques. L’histoire était donc le combat des Vongola contre les Varia pour récupérer les anneaux des gardiens. Le spectacle commence avec l’arrivée de Basil poursuivi par Squalo, et se termine avec la fin du combat Yamamoto / Squalo. Le reste de l’histoire sera racontée dans la seconde partie, certainement dans le courant de l’année.

Si certains des acteurs ne m’ont pas emballée plus que ça, le jeu en lui-même n’était vraiment pas mal du tout. Je connaissais l’histoire donc c’était plutôt facile à suivre, même en japonais. Et c’était fidèle. Les chorégraphies des combats étaient réussies (coucou Gokudera VS Belphegor), les effets spéciaux étaient, well, spéciaux, les changements de décor ont été bien gérés, bref, les deux heures de spectacle sont passées super rapidement.

Et du coup, moi qui y allais avec un profond mépris pour l’acteur jouant Dino parce qu’il était impossible qu’il soit à la hauteur, je suis ressortie du théâtre avec un bon petit crush des familles. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux photos promo (même si j’ai acheté le photoset de l’acteur en costume, faut pas déconner).

C’était un moment véritablement chouette pour moi. Me retrouver à nouveau dans cette ambiance de spectacle a été un bonheur absolu.

Pour en savoir plus, il y a le site internet officiel du spectacle et le compte Twitter où ils postent beaucoup de photos.

**

Last week, I was in Tokyo for the first time in eight years. I’d been planning this trip for about six months and it seems so weird to see it behind me now.

I chose to go in June because there was a show I wanted to see. Every time I went to Tokyo, I saw a musical, a play or a concert. The ticket buying system being what it is today, I didn’t want to fight for a place and eventually, I landed in Tokyo thinking that I wouldn’t see the show I wanted. Spoiler alert, I did see it.

This show was the play inspired by the Katekyo Hitman Reborn! manga, a manga I have loved for years (I’m into it for more than ten years, omg). The main character, Reborn, was played by his voice actor, Neeko. The rest of the cast were actors I didn’t know. And I must admit, I wasn’t so fond of the in-character pictures…

But hey, I’m not the kind of person who goes to Tokyo without watching a show so Saturday morning, I headed to the theater 1010. I knew we could buy seats the same day so we had to get there a little early. This is where it gets funny. Twelve years ago, I used this system to watch a musical, and it was first come, first served. Here, haha. It didn’t matter at all how early you decided to come, because it was a lottery. Every person who came without a ticket had to draw a number and the number would tell how much people would buy a seat before you. Ö Anxiety! Especially because I was with my brother: what if only one of us drew a good number? What would the other do?

My brother drew number 5, and I, miraculously, drew 8. Our seats were row 14, which was very good considering that the theater was not very big. I also switched place with my brother to be at the end of the row, so yay. \o/

And while I patiently waited for the show to start, I was wondering: would I like the play or not? I really thought I wouldn’t, mostly because my favorite character was present, and I am terrible when it comes to him. (For me, only his voice actor could make him live. XD #KENNforever)

If you know the anime, the play was the Varia arc, with its lot of emblematic characters. The story was the Vongola’s fight against the Varia to win the Guardian rings. The show started with the arrival of Basil pursued by Squalo, and ended with the Yamamoto / Squalo fight. The rest of the story will be told in the second part.

If some of the actors did not really catch my eye, the acting itself was not bad at all. I knew the story so it was pretty easy to follow, even in Japanese. The choreography of the fighting was really awesome (hello Gokudera VS Belphegor), I kind of liked how they managed the last will flames. Long story short, the two hours went in a blink.

Before the show, I had mixed feelings about the actor playing Dino. First because I had never heard of him. Second, well, Dino. Believe it or not, I came out of the theater with a good old little crush for Takeshi James Yamada. I even bought his photoset.

Sans titre

It was a really good time for me. I loved the show, I loved the place, I loved how I felt watching the actors play my favorite characters (and I really can’t wait to go back).

To find out more about the show, there is the official website and the Twitter account where they post a lot of photos.

Publicités

[J’ai testé] Un cahier d’activités sur le deuil animalier

En ce moment, tout me semble ardu. Je jongle entre la tristesse et la culpabilité, j’ai du mal à reprendre le cours de ma vie. Alors, comme à chaque fois que je traverse une situation inédite, je lis.

Je voulais me procurer des livres sur le deuil d’un animal, pas forcément pour comprendre ou pour aller mieux, mais juste pour chercher des pistes de travail. Il y a énormément d’ouvrages sur le sujet, tellement que je n’ai pas su me décider. Jusqu’à ce qu’un cahier d’activités destiné aux enfants attire mon attention.

Blog3103_1

J’ai donc acheté « Le deuil de mon animal de compagnie », un cahier d’activités écrit par Annique Lavergne et illustré par Yves Dumont, aux éditions Petit Homme.

Présentation de l’éditeur : « Un excellent outil pour mettre de mots sur les émotions vécues suite à la perte d’un animal.
Une manière créative, conçue par une psychologue, d’exprimer son chagrin et d’affronter l’épreuve qui bouleverse la famille.
Voici un album qui permet de conserver des souvenirs précieux de l’ami fidèle (photos, anecdotes, détails sur ses habitudes, etc.), mais aussi d’exprimer, par l’entremise d’activités comme le dessin ou l’écriture, les émotions qu’engendre sa perte. Que l’animal ait été donné, qu’il soit égaré ou décédé, l’enfant traverse un deuil qui se doit d’être raconté.
Les concepts liés à la mort sont expliqués ici de manière simple et rassurante, donnant ainsi à l’enfant des outils pour aborder les événements qui le bouleversent. »

Blog3103_2

Je n’ai pas besoin d’expliquer à un enfant ce qui est arrivé à Ghost, mais en tant qu’adulte, je suis agréablement surprise de la qualité de l’ouvrage. Les mots sont simples et sans artifice. La vérité est donnée crûment mais sans volonté de choquer. Oui, l’animal est mort, l’enfant ne le verra plus jamais. Il faut l’accepter en prenant tout le temps nécessaire.

Blog3103_3

Les activités proposées sont cathartiques : on décrit dans le livre la première rencontre avec l’animal, ses jeux, ses friandises préférées. On associe les mots aux émotions qu’on éprouve, on comprend qu’il est normal d’être triste ou en colère.

Blog3103_4

L’ouvrage est découpé en plusieurs parties et couvre une bonne partie de toutes les situations possibles : si l’animal est mort de vieillesse, d’un accident, d’une maladie, si l’enfant a dû se séparer de son compagnon à cause d’un divorce, d’un déménagement, etc. A chaque fois, tout est expliqué et on demande à l’enfant de dire ce qu’il ressent.

Blog3103_5

Une note est adressée aux parents à la fin du cahier, permettant d’accompagner au mieux l’enfant qui ne sait pas forcément parler de ses émotions.

Blog3103_6

Le cahier est vraiment fait de manière pédagogique et douce. Pour moi adulte, j’ai pris plaisir à remplir les pages de souvenirs de Ghost. Certains passages m’ont fait pleurer, d’autres sourire.

Blog3103_8

On y trouve une page dédiée aux petits rituels qu’on peut faire pour dire au revoir à l’animal. Je n’y arrive pas encore mais ils sont tous très beaux. Une page « prendre un congé » m’a aussi fait réaliser que faire son deuil était un véritable travail et que oui, parfois, il faut prendre un congé pour souffler un peu.

Blog3103_7

95% des gens qui m’entourent compatissent sincèrement à ce que je vis. Mais dans les 5% qui restent, il y en a qui ne comprennent pas qu’on pleure ainsi « juste un chien » ou qu’on décide d’une incinération individuelle pour récupérer les cendres. Si les adultes peuvent être blessés par de telles paroles, imaginez donc un enfant qui comprendra que sa tristesse n’est pas valide parce que ce n’est « qu’un animal ».

Si vous avez dans votre entourage un enfant vivant la situation de deuil d’un animal, n’hésitez pas à lui acheter ce cahier. Je le conseille vraiment, même pour les adultes qui, comme moi, ont du mal.

[J’ai joué à] A Mortician’s Tale

J’ai profité de soldes sur Steam pour acquérir un jeu dont j’entends parler depuis quelques mois : A Mortician’s Tale.

MT1a

Développé par Laundry Bear Games, le jeu s’inscrit dans le mouvement « Death positive ». On y incarne une jeune femme croque-mort dans une société de pompes funèbres (funeral home en anglais).


MT2a

Le schéma est toujours le même : la date est annoncée sur un écran noir, on retrouve le personnage dans sa salle de préparation alors qu’un email arrive pour prévenir de l’arrivée d’un corps. Vous voyez sur l’image la table de préparation des corps à gauche, le four crématoire juste à côté au fond, les urnes funéraires sur le côté droit, et le bureau où arrivent les mails.

MT3a

Dans la boîte mail, on retrouve les directives des gérants de la société, des échanges avec d’autres employés, et surtout, il y a une newsletter : à chaque fois que vous allez dans cette boîte mail, un nouveau message est là afin de parler des techniques funéraires mais aussi des différentes cultures autour de la mort.

Chaque jour, les gérants vous expliquent quel corps va arriver et ce qu’il faut faire avec. Certains ne doivent être que nettoyés avant de passer dans le four crématoire, d’autres doivent être embaumés complètement pour que la famille puisse venir voir le corps avant les funérailles.

MT4a

Voilà comment se présente le corps. Vous avez sur la droite tous les instruments nécessaires à l’embaumement et à gauche les produits à injecter en remplacement du sang. C’est très bien expliqué, pas compliqué à manier, et on réalise pleinement ce qu’est le travail de croque-mort.

MT5a

Les yeux et la bouche ont été fermés grâce à des capsules et du fil, le corps est propre, et la bande blanche sur le corps sert à diriger la souris afin de « faire un massage » pour faciliter l’écoulement du sang.

MT6a

Une fois le corps embaumé, la croque-mort se rend dans la chambre funéraire pour présenter ses condoléances à la famille. Là, elle entend des anecdotes sur le défunt et/ou sur la vision de la mort en général.

J’ai plutôt été satisfaite de ce jeu, même si on le termine en moins d’une heure. Je trouve que c’est très intéressant de savoir comment se passent les soins, de « participer ». La newsletter est également riche en anecdotes.

Je ne sais pas si le jeu trouvera un public autre que celui s’intéressant déjà au sujet, mais c’est en tout cas un moyen très ludique de comprendre ce qu’il se passe autour des corps des défunts.

Jeu à retrouver sur Steam.

Mes coups de cœur de 2017

Comme j’ai fait mon bilan le mois dernier, et en guise de dernier article de 2017, voilà la liste de mes coups de cœur de cette année. \o/

BD

Couv_184823
« Cœur de pierre », dont je vous avais parlé .

Roman adulte

CVT_Moi-Peter-Pan_3950

« Moi, Peter Pan » de Michael Roch, mon avis ici.

Roman jeunesse

product_9782070666317_244x0

« Pax et le petit soldat », une magnifique histoire d’amitié entre un petit garçon et un renard, avec la guerre en toile de fond. J’en ai pleuré.

Essai

Sur-le-chagrin-et-sur-le-deuil

« Sur le Chagrin et le deuil », l’un des meilleurs livres sur le sujet. Très humain et très juste dans le choix des mots.

Spectacle

HISTOIRE-0-LIRE-DEBOUT

« Histoire à lire debout », par la troupe des jeunes à Chavanoz. J’avais écrit un article ici.

Série TV

1200x630bb

« Dirk Gently ». J’ai hésité avec Z Nation, mais la 4e saison m’ennuie un peu alors finalement, c’est ma récente découverte qui prend la tête de mon classement.

 

Film

La_La_Land_(film)

Parce que c’était beau et drôle.

Et vous, vos coups de cœur de l’année ?