Point écriture !

Ça faisait longtemps ! Au moins… un an ½, je viens de checker mes articles de blog. Depuis Pandémonium, j’ai eu une grosse panne d’écriture. Ça a commencé avec ma gêne d’écrire une histoire sans réel message, parce que j’avais tout donné avec Pandémonium (du moins, je le pensais à l’époque). Puis j’ai eu des expériences pénibles, le sentiment que comme je ne vendais pas des centaines et des centaines de bouquins, je n’avais pas le même traitement que les autres collègues. Autour de 2016/2017, j’avais créé des liens avec pas mal d’acteurs de l’Imaginaire, je faisais énormément de salons où je connaissais beaucoup de gens, faussant peut-être l’image que les éditeurs avaient de moi.
Certains m‘ont demandé d’écrire pour eux, ce que j’avais trouvé incroyable à l’époque. Puis je ne sais pas, Pandémonium ne s’est peut-être pas vendu autant qu’on l’espérait, je n’ai pas eu d’autres sorties pendant un moment, et à la fin, les manuscrits écrits pour ces éditeurs n’ont même pas été lus.

D’ailleurs, c’est en écrivant ces mots que je me rends compte que ce n’était pas un acte isolé parce que trois éditeurs différents m’ont fait le coup, et ils ne se connaissent même pas. XD

En 2020, je n’ai rien écrit. J’ai corrigé un manuscrit demandé et je l’ai envoyé, et c’est tout. Comme il n’a toujours pas été lu, ça n’a pas aidé à me remotiver.

En 2021, un gros éditeur hors Imaginaire (cf mon dernier article ^^) m’a commandé un ouvrage, avec un à-valoir à la signature du contrat. J’ai donc écrit et rendu ce manuscrit qui sortira fin 2022.
Même année, il y a eu un appel à textes chez Projets Sillex qui me plaisait. J’ai écrit, corrigé et envoyé une nouvelle, qui sera dans leur recueil à la fin 2022.

Depuis le début 2022, je travaille sur les corrections de mon ouvrage sur Hel. Et pour les autres manuscrits ? Petit tour d’horizon :

« Higanbana » est en lecture chez deux éditeurs. Enfin, quand je dis « en lecture », il a été envoyé et j’ai reçu un accusé de réception, puis un petit mot rapide de l’un d’eux pour me dire que oui, il serait lu un jour. Haha. Je laisse ce manuscrit comme ça pour le moment, je me déciderai cet été si je tente aussi ailleurs ou si je lui trouve un autre format.

« La Vague », qui devient « Quand tu ne seras plus là », est une dystopie young adult qui parle du déni de la mort et de jusqu’où une personne peut aller pour accomplir les dernières volontés d’un proche. Ce manuscrit a été écrit / envoyé il y a plus de deux ans, puis renvoyé à un autre éditeur en ce début d’année, et encore un autre il y a quelques jours. Je vais mettre les premiers chapitres sur Wattpad en attendant la réponse des dernières maisons d’édition.

« Emma – Projet Z », devient « A la dérive » : il me plaît beaucoup ce manuscrit, qui débute par une dédicace d’un auteur de romans de zombies, juste avant que l’Apocalypse zombie ne démarre dans la librairie. Pour le coup, c’est le plus vieux manuscrit écrit sans être publié, je ne sais même plus si je l’avais envoyé à quelqu’un. Mais il sera disponible cette année !

J’espère me remettre à la création pure au deuxième semestre 2022, j’avais envie d’écrire une histoire avec Hachiko en personnage principal.

Bref ! C’est l’année où je me remets en selle !

[J’ai testé] Une masterclass de Cécile Duquenne

Il y a quelques semaines de cela, j’ai profité d’une offre promotionnelle pour m’inscrire à une masterclass de Cécile Duquenne. Beaucoup me faisaient envie mais celle-ci m’avait particulièrement tapé dans l’œil. Comme c’est vache maigre côté écriture/publication en ce moment, c’était l’occasion de préparer le terrain en vue des prochaines parutions. ^_~

Il s’agit là, à travers 7 modules + 1 bonus, de repenser notre présence sur les réseaux sociaux, avec des « trucs et astuces » mais surtout beaucoup de bon sens. J’ai pris pas mal de notes et je vais réécouter la masterclass une seconde fois pour mettre en pratique certaines choses. L’avantage, c’est que je vais m’en servir autant pour mes comptes autrice que pour les réseaux de la bibliothèque que je gère.

C’est la seule masterclass achetée pour le moment donc je ne peux pas parler pour les autres sujets, en tout cas j’ai trouvé Cécile Duquenne très professionnelle dans ses explications et pourtant assez proche pour qu’on se sente directement impliqué. C’est clair, précis, il y a des exemples concrets sans être pour autant une formule magique toute prête à l’emploi. Eh non, il faut travailler un peu quand même ! 🙂

Je vous invite à vous abonner à sa newsletter, déjà parce que tous les jours, vous allez recevoir un email plus ou moins court sur tout plein de sujets liés au métier d’auteur (mais pas que), et ensuite parce que régulièrement, Cécile propose des promotions sur certaines masterclass. Pour vous inscrire, c’est ICI.

Et pour découvrir les différentes modules de la masterclass, c’est sur cette page.

Et vous, vous avez déjà suivi l’une des masterclass de Cécile ? 🙂

Vous n’avez pas fini d’en entendre parler

La bonne nouvelle du jour, c’est que je crois avoir trouvé le titre parfait pour mon dernier manuscrit. J’espère ne pas passer par le même processus que Pandémonium avec ses trois pages d’idées et les vingt-cinq échanges autrice/éditeur, mais là, j’ai un bon feeling et moi, je le trouve idéal dans sa forme et son symbolisme.

Autre nouvelle, c’est que le dit manuscrit est parti en bêta-lecture et que ça a l’air de bien avancer. 😀 J’espère le récupérer assez rapidement pour faire mes nouvelles corrections. Je pense aussi partir en quête de nouveaux bêta-lecteurs, pas parce que mes actuels et fidèles ne font plus le job, loin de là, mais un œil neuf sur ma manière d’écrire peut être très intéressant (avant publication, parce qu’après, bon).

Je suis tellement enthousiaste concernant ce projet. *_* (Trop, peut-être, haha.)

Novembre 2020 : le mot « fin »

Hier soir, j’ai écrit la dernière scène du manuscrit « Izanami » (titre de travail). C’est une histoire commencée en août 2019 (ce qui m’étonne, mais c’est la date de création de la partie 1 donc ça doit être vrai, je voyais ça beaucoup plus vieux). La première partie est bêta-lue et corrigée depuis le début d’année, mais je n’avais jamais réussi à mobiliser assez de volonté pour terminer.

Le NaNo 2020 coïncide avec un retour de mon obsession pour le Japon. Résultat : une motivation assez forte pour utiliser le challenge comme une deadline. \o/

J’ai donc terminé mon manuscrit hier avec une scène en plein milieu de l’histoire. Ce n’était pas celle de fin car je trouve ça triste de finir un manuscrit avec la dernière scène alors je m’en garde toujours une sous le coude. Celle d’hier, pour info, était un match de ping pong (ce qui est tout à fait cohérent avec le reste, si, si, vous verrez).

C’est un petit bébé, bien plus petit que les précédents. Mais il reste encore une première relecture, puis il partira en bêta-lecture et ainsi de suite jusqu’à l’envoi aux éditeurs. Je ne sais pas encore si je continue le NaNo étant donné que j’ai atteint mon objectif perso ou si je me lance tout de suite dans la relecture. J’aimerais bien en finir avec ce projet d’ici la fin de l’année.

En tout cas, je suis assez satisfaite de ce manuscrit. Tous les thèmes sont traités subtilement, j’y ai mis tout ce que je voulais. C’est une jolie histoire d’amour (je l’avoue, oui).

Je vais maintenant aller dormir une petite douzaine d’heures pour me remettre de la fin de cette histoire, et on verra comment j’attaque la suite. 🙂