[À la découverte de] Le Bizarreum, Death positiver

Aujourd’hui dans mon Terrier, j’ai le plaisir de recevoir Juliette. C’est elle qui est derrière « Le Bizarreum », un vaste projet visant à vulgariser la mort auprès du public français. Un sujet peu exploité en France mais que Juliette met à la portée de tous. Entre archéologie, anthropologie et sciences, elle fait avancer le mouvement Death Positive encore très frileux par chez nous.

img_20181217_193708

Qui se cache derrière « Le Bizarreum » ?
Je m’appelle Juliette, j’ai bientôt 29 ans et j’ai créé Le Bizarreum en Mars 2017 d’abord sous forme d’une chaîne Youtube et depuis Août 2018 j’ai ouvert un blog en complément pour aborder la question du funéraire sous plusieurs aspects. Au quotidien je travaille dans le tourisme scientifique ce qui me permet de voyager et d’assouvir ma passion des voyages et parfois me permet de visite des sites présentant un intérêt funéraire.

img_20180516_101104

Comment est née ta chaîne Youtube ? Quel a été l’élément déclencheur pour te lancer ?
L’idée est née dans mon petit studio un matin où je me suis réveillée en me disant : « Rien ne parle exclusivement de la mort en France de façon sourcée et sur Youtube donc je vais le faire ». La tendance s’étant fortement développée outre-Manche et outre Atlantique, je me suis dit après une petite « étude de marché » que le public francophone pouvait peut être s’y intéresser et surtout que personne ne le faisait. A vrai dire, je pensais qu’on serait 5 à regarder mes vidéos. J’ai débuté sans matériel, j’ai tout fait pendant un an et demi sur mon téléphone de façon très rudimentaire comme j’aurai pu le faire avec un Powerpoint…Néanmoins ça a pris en ampleur et ce à mon grand étonnement! L’idée étant vraiment de partager des choses que j’aime et surtout continuer à faire des recherches personnelles, chose qui me manquait suite à la fin de mes études dans le domaine de l’archéologie et de l’anthropologie. J’avais donc envie d’apporter la touche scientifique dans les vidéos et non juste présenter des cas de façon simple. Mon élément déclencheur a été de vouloir rencontrer des gens intéressés par ce sujet et échanger avec eux. Et puis je souhaitais de partager avec bonne humeur et simplicité autour de ce sujet. J’avais aussi envie d’assumer à 100 % ma passion souvent mal vue et ça m’a beaucoup aidé à évoluer et à assumer à fond cet aspect de ma personnalité.

Tes vidéos montrent un incroyable travail de recherches, quelles ressources utilises-tu ? Quelle a été la vidéo la plus longue/difficile à monter ?
Pour mes recherches en général je pars d’un cas ou de plusieurs cas qui me plaisent et je cherche. La plupart du temps je ne me documente qu’avec des éléments issus du domaine universitaire, des rapports de fouille, des articles, des colloques, parfois je regarde des thèses pour voir quels avis les chercheurs ont sur certains sujets et je tente de confronter le tout pour avoir une idée précise de ce dont je veux parler et ce de façon objective en mettant de côté mon affect. Je lis énormément pour cela, si je peux j’achète des livres très spécialisés sur un cas précis et chaque livre possède ses fiches où je note tout ce qui m’intéresse et me sera utile. Je travaille tous les jours sur des recherches, c’est un peu un planning strict, mais si je veux avancer il me faut donc consacrer du temps à cela et puis j’adore ça ! Souvent je contacte les scientifiques ou les ecclésiastiques pour certains cas, si je peux je me déplace pour voir des cas particuliers. Les articles écrits me permettent d’entrer plus à fond dans un sujet et de m’exprimer aussi plus librement que sur Youtube où les gens attendent une technique de montage ou de présentation aboutie, bien plus que je ne le fais. Mais comme je n’ai pas vocation à en faire un métier, j’évolue du mieux que je le peux et à mon rythme ! Je n’irai jamais investir un tas d’argent si je l’avais pour me faire un studio de montage…Donc je jongle entre ces deux plateformes pour trouver un équilibre entre le travail plus approfondi et le travail plus divertissant. La vidéo qui m’a demandé le plus de temps de travail c’est difficile à dire…je pense que les morts de Towton m’a donné pas mal de travail de recherche et traduction mais celle qui me demande le plus de temps en ce moment est une vidéo sur laquelle je bosse depuis 8 mois car peu de sources et un gros travail de traduction des rapports en anglais et allemand. Mais j’ai bon espoir qu’elle sorte même si c’est dans deux ans ! C’est vraiment une passion tout ça donc je ne compte pas mon temps mais d’après mes proches j’y passe vraiment beaucoup de temps. J’ai un côté très nerd depuis toujours et il s’exprime vraiment quand je rentre dans mon monde pour Le Bizarreum.

img_20180825_115058

Parler de la Mort en France est encore très confidentiel, comment tes vidéos, tweets et articles sont-ils accueillis ?
Au début très mal. Je recevais des commentaires comme quoi j’étais folle ou que ce n’était vraiment pas adéquat. J’ai répondu à ces réflexions il y a peu dans un article (ici), un plaidoyer pour la vulgarisation de la mort car il m’arrive de recevoir des salves de choses négatives. Non pas à cause de certains sujets car en deux ans tout se passe relativement bien à part des vagues haineuses de temps en temps mais plutôt quand j’aborde un sujet qui ne met pas forcément à l’aise. Par exemple j’avais montré un crâne un peu spécifique en termes d’ostéologie et ça avait été très mal pris car il s’agissait d’un crâne d’enfant. J’ai à cœur de ne rien montrer de choquant et je n’aborde jamais certains sujets comme les faits divers, les suicides, les meurtres ou des choses comme ça qui sortent de mon champ de connaissance et qui n’apporterait pas vraiment d’informations aux gens de ma part. Bref j’évite vraiment ces sujets car le voyeurisme n’est pas ma tasse de thé.
Maintenant ça va mieux, les gens commencent à s’habituer à ma façon de travailler et d’interagir et j’ai bien plus de soutiens que de détracteurs. On apprend juste à passer au-dessus de ça avec le temps en s’exposant ainsi sur internet pour traiter ce sujet difficile. Mais j’ai vraiment beaucoup de soutien des gens qui me suivent, je me suis même fait des amis ! Et ça c’est quand même quelque chose de très positif ! Et puis c’est adorable on m’envoie des photos de voyage avec des squelettes ou des clins d’œil sur des sujets que j’ai traité. Je trouve ça vraiment gentil et ça me touche. Bref j’ai envie de rester moi-même que ce soit en vidéo ou dans mes articles et apprécier ce que je fais.

img_20180516_092808

As-tu des recommandations de lecture pour les personnes ne connaissant pas encore le sujet mais souhaitant le découvrir ?
Pour les lectures je suis de la vieille école, je conseillerai plutôt des ouvrages faits par Philippe Ariès, Michel Vovelle ou encore Maurice Godelier par exemple. C’est peut-être un peu pointu parfois, mais c’est très bien expliqué et surtout on comprend bien les enjeux liés à l’étude de la mort pour comprendre les sociétés et comment ces dernières évoluent à travers le rite funéraire. Ce sont des lectures passionnantes qui permettent vraiment une immersion dans le sujet et qui offrent une bonne base de réflexion. Pour moi c’est le plus important, non pas s’intéresser uniquement à la mort et consommer tout ce qui va avec en termes de lectures, d’iconographie, d’art mais bien comprendre tous les aspects et en retirer des réflexions tant sur les autres que sur nous-même.

Une question funéraire maintenant : as-tu déjà planifié tes funérailles ?
Planifié non, dans ma famille on en parle très librement car il nous serait absolument impensable que l’un ou l’autre ne puisse pas être inhumé selon ses souhaits ou selon ses convictions personnelles. Ça n’a jamais été tabou, mes proches savent ce que je veux et moi je sais ce qu’ils veulent. C’est un peu comme un pacte tacite, on s’engage à respecter les dernières volontés des autres en se les disant.

img_20190112_145857

Quel est le dernier livre que tu as lu ? Et le dernier film vu ?
En ce moment je lis 3 livres en même temps, je sais que ce n’est pas très raisonnable mais je fais toujours ça…Le dernier livre que j’ai fini c’est Mystiques et Magiciens du Tibet de Alexandra David-Néel (aventurière du XIXe / XXe) avec dedans plein de choses intéressantes qu’elle a observé en relation avec la mort durant ses épopées. En ce moment je lis L’élimination de Rithy Panh sur le génocide au Cambodge, je lis aussi Le Vatican de Christophe Dickès et The Red Market: On the Trail of the World’s Organ Brokers, Bone Theives, Blood Farmers, and Child Traffickers de Scott Carney.
Le dernier film que j’ai vu c’était D’abord ils ont tué mon père, un film sur le génocide au Cambodge réalisé par Angelina Jolie d’après l’autobiographie de Loung Ung. C’est un sujet qui m’a toujours beaucoup intéressé et cette année ce sont les 40 ans de la fin du génocide, donc je me documente toujours dessus en parallèle de mes autres recherches. J’y ai dédié un article car je me suis rendu compte que beaucoup de gens ne connaissaient pas ce moment tragique de l’histoire pour le peuple cambodgien.

img_20190112_150030

Si tu pouvais aller prendre un café avec une personnalité illustre (vivante ou morte), qui choisirais-tu ?
Elle est très difficile cette question ! A bien y réfléchir, j’aimerai boire un café avec des gens non pas illustres mais des témoins directs de grands moments de l’histoire ou juste des civils. Je trouve qu’on apprend beaucoup plus d’eux comme on le constate en anthropologie ou en archéologie avec l’étude des gens « normaux ».

19420799_1874919569496368_7703409344831017594_n

Pour finir, quels sont tes projets à venir ?
Je vais continuer mes vidéos et mes articles à mon rythme en prenant toujours du plaisir à le faire. Il y a des projets en cours sur le moyen et long terme dont je ne peux pas encore parler mais tout cela m’enthousiasme beaucoup ! Je serai en conférence cette année pour la première fois aussi et j’en suis ravie parce que ça me permet d’échanger et de sortir de derrière mes livres donc c’est pas mal ! Je suis contente que des organismes rigoureux me fassent confiance à ce niveau pour parler du sujet. Et bien sûr des voyages, c’est très addictifs et encore plus quand on part chercher des choses particulières…

 

Vous pouvez retrouver Juliette sur sa chaîne Youtube, Twitter et sur son blog.

Publicités

Une réflexion sur “[À la découverte de] Le Bizarreum, Death positiver

  1. Pingback: Bienvenue dans la crypte ! – Le Bizarreum

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s