[Avis] The Burning World, Isaac Marion

C4uCN8nXUAAvoCX

Voilà donc un roman que j’attendais depuis très longtemps ! Après avoir été immensément déçue par le film en 2013, j’ai dû me replonger un certain nombre de fois dans la lecture du roman. Même sans la catastrophe du film, j’aurais lu et relu le roman, je l’avoue. Je ne vais pas refaire l’apologie de « Vivants », mais si vous avez raté mon article à ce sujet, je vous invite à cliquer ici.

En septembre dernier, Isaac Marion lançait les précommandes de la suite de « Vivants ». Enfiiiiiiin, me suis-je exclamée. Sortie prévue en février. Mais pourquoiiiiiii ? me suis-je lamentée.

Et en février, le précieux arrivait.

Première réaction : il est épais. Bien plus que « Vivants ».
Deuxième réaction : j’arrête toutes mes lectures en cours et je m’y mets.

J’ai mis un peu de temps à le lire. Déjà parce qu’en anglais, j’évite de parcourir les paragraphes à grande vitesse. Et de deux, je ne voulais pas le terminer. 5 ans d’attente pour 5 jours de lecture ? Blah. Mais vraiment, le roman a été à la hauteur de l’attente.

« The Burning World » reprend l’histoire là où elle s’était arrêtée. Nous retrouvons donc R et Julie quelques semaines seulement après les événements de la fin de « Vivants », et pour ceux qui n’auraient plus en mémoire leurs péripéties, un discret rappel des faits permet de ne pas être perdu.

J’avais adoré « Vivants ». Et découvrir « The Burning World » a été comme une grande claque dans ma figure.
« Vivants » était une jolie histoire pleine de poésie et de questionnements. « The Burning World » pousse la réflexion plus loin, jusqu’à presque en délaisser le couple formé par R et Julie. Alors qu’ils œuvraient pour répandre le remède de la guérison pour les zombies, ils se retrouvent face à un groupuscule mystérieux qui veut prendre le contrôle de ce qu’il reste du monde. Un groupe mené par un personnage caché, issu du passé de R, aux méthodes qui ne sont pas sans faire écho à notre propre société.

R apprend à refonctionner comme un être humain et se pose toujours autant de questions. Sa vie précédente, qu’il essaie d’enfouir, ressurgit et laisse apparaître un homme à mille lieues de celui qu’il voudrait être. Il se retrouve lié aux événements qui ont conduit à l’avènement des zombies, et s’interroge sur les « secondes chances ».
Julie, de son côté, se bat contre ses démons et montre un côté sombre qui laissera des traces. Toutes ses fêlures aperçues dans « Vivants » se trouvent exacerbées, la jeune fille pleine d’espoirs disparaît peu à peu, glissant lentement dans ce qu’est devenu le monde : le chaos et la loi du plus fort.

Les personnages secondaires prennent plus d’importance. Marcus a accepté les souvenirs de sa vie d’avant et veut aider R à faire de même. Nora est incroyable et est devenue un des phares de l’histoire. Un autre personnage, aperçu dans « The New Hunger » (préquelle de « Vivants »), commence à faire le lien entre tous les événements.

« The Burning World » est une sorte de road-trip dans un monde ravagé, des quêtes personnelles qui deviennent celles de la survie de l’humanité, des choix qui marqueront chacun des personnages. Tous les fils noués commencent à se défaire.

Isaac Marion nous plonge dès les premiers mots dans l’univers familier de « Vivants ». L’écriture est chargée, comme si elle voulait nous offrir toute la palette possible des émotions, mais elle happe. Le roman est beaucoup plus lourd que le précédent, et détonne par son caractère extraordinaire : jamais je n’aurais pensé avoir droit à une telle épopée après la fin pleine d’espoir de « Vivants ».

L’auteur a un don pour les mots et les personnages, il décrit les situations sans prendre de gants et nous jette dans son histoire sans filet, en amenant une tension sur les derniers chapitres qui empêche de fermer le livre avant la fin. C’est bien mené, bien écrit, et ça surprend.

Isaac Marion a réussi le pari de ne pas me décevoir sur cette suite tant attendue. Si vous lisez en anglais, je ne peux que vous encourager à acheter et lire cette (grosse) pépite. Plus le monsieur fera des bonnes ventes, et plus vite nous pourrons lire « The Living », la suite et fin de cette saga !

Où acheter ? Directement sur le site de l’auteur ICI ou sur Amazon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s