Bilan 2015 : plutôt raisin que figue

(parce que j’aime bien les raisins mais pas les figues.)

À un peu plus d’une semaine de la fin d’année, il est grand temps de faire un petit bilan de 2015. Je réfléchis à ce bilan depuis quelques jours, et j’en suis arrivée à cette conclusion : 2015 aura été l’une des meilleures années de ma vie mais aussi la pire.

Je n’avais pas été contente de 2014 parce que je m’étais sentie spectatrice de ma vie. Je ne faisais pas grand-chose pour améliorer mon confort personnel ou ma situation, alors j’avais décidé qu’en 2015, ça changerait ! J’ai tenu ma bonne résolution, j’en suis bien heureuse.

Commençons par le pire. En avril, nous apprenions que ma grand-mère avait une tumeur au cerveau. En mai, j’ai passé mon 29e anniversaire à l’hôpital avec elle. En juillet, elle nous quittait. Ces quatre mois ont tellement foutu ma vie en l’air qu’encore aujourd’hui, je me surprends à penser que non, ce n’est pas possible, je vais me réveiller un jour. La mort de ma mamie fait de cette année 2015 la pire année de ma vie (mais comme dirait l’autre : « la pire, *jusqu’à présent* »).

Venons-en maintenant à ce qui a fait de 2015 l’une des meilleures années de ma vie. Dans le désordre : j’ai trouvé un boulot en médiathèque, j’ai enfin trouvé ma voie professionnelle, j’ai repris les cours, j’ai commencé à bosser avec des enfants, mon neveu sait dire « tatie Lily », j’ai rencontré des gens géniaux qui m’ont permis d’avancer dans un domaine de ma vie (pro ou littéraire), j’ai fait plein de salons, j’ai beaucoup écrit, j’ai sorti un nouveau roman et une nouvelle zombie, j’ai changé de couleur de cheveux, j’ai dédicacé durant la Japan Touch, j’ai eu des coups de cœur incroyables, j’ai décidé de réfléchir sérieusement à la Mort, j’ai regardé plein de séries TV, j’ai drôlement avancé spirituellement parlant, je suis allée à Londres… Et bien d’autres choses encore. Ça va, je ne me suis pas ennuyée.

Pour le coup, j’ai été plutôt actrice que spectatrice, et je vois la différence. Tout ce qui arrive, je vais le chercher, je n’attends plus qu’un miracle me le dépose dans les mains. Je n’ai plus peur de grand-chose maintenant. La vie est si courte, ce serait dommage de freiner pour une petite angoisse. Je pense que j’ai attrapé un peu de cynisme aussi (oui, attrapé comme un virus), mais surtout une bonne dose de recul. Ce qui ne peut pas me faire de mal !

Mon année 2015, je ne voudrais pas l’effacer. Parce que même dans la peine, j’ai su trouver une étincelle de bonheur et de chance. J’espère continuer sur ma lancée pour 2016 ! D’ailleurs, j’ai plein de projets dont je vous parle dans le prochain billet. ^_~

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s