Mais comment t’as fait ?!!

C’est une question qu’on me pose tout le temps, et comme les gens semblent toujours étonnés lorsque je donne ma réponse, je vais me fendre d’un article sur le sujet.

« Tu as vraiment trop de la chance, comment tu as fait pour signer chez Rebelle ? »

J’imagine qu’aujourd’hui, signer dans cette maison d’édition est vu comme extraordinaire : Rebelle est une maison qui se défend, qui offre beaucoup de livres de qualité, qui est bien visible, qui a un planning chargé, etc… Bien. Remettons maintenant ma signature dans le contexte de l’époque. Lorsque je suis entrée chez Rebelle, elle n’en était qu’à ses débuts, ambitieux, certes, mais je n’avais alors aucune garantie qu’elle deviendrait ce qu’elle est maintenant (de plus, je sortais d’une très mauvaise expérience avec les éditions Cauchemars, pour ceux qui s’en souviennent, qui ont mis la clé sous la porte après la sortie de deux ou trois romans). J’avais plusieurs possibilités en terme de maisons d’édition, et j’ai choisi Rebelle après avoir eu l’éditrice au téléphone.

Mon contrat pour Tarots Divins 1 a été signé en 2011, au moment où seuls trois autres auteurs avaient été publiés : Astrid Lafleur, Sophie Jomain, et Alick. J’ai signé en même temps que Cécilia Correia et Nathy, pour une publication en janvier 2012.

Effectivement, c’était un excellent timing que d’avoir eu mon roman prêt à un moment où le planning de Rebelle n’était pas aussi chargé qu’aujourd’hui. Mais ce que je considère comme le plus cool, c’est que Rebelle ne s’est pas cassé la figure au fil des mois, me permettant d’avoir régulièrement des romans publiés dans une structure comme celle-ci.

Oui, aujourd’hui, je me dis que wahou, j’ai fait le bon choix. Et ça me fait toujours beaucoup rire quand on me demande « comment j’ai fait » et que je réponds que je suis chez Rebelle depuis 2011, provoquant chez mon interlocuteur un « O » ou un très indélicat « allez, je te crois pas, j’avais jamais entendu parler de toi » (true story).

Pour être totalement honnête, peut-être qu’aujourd’hui, TD ou Zombitions ne passeraient pas de la même manière (ou même pas du tout) qu’il y a deux ou trois ans, noyés au milieu de tous les manuscrits reçus par Rebelle. Peut-être que je ne tenterais même pas ma chance chez eux. Mais bon, maintenant que j’y suis, j’y reste. Je ne fais plus les salons comme au départ, préférant ceux où je suis sûre de me sentir à  ma place, et où je m’amuse comme une folle. Toujours des grands moments de bonheur.

Alors, okay, je vous l’accorde. J’ai eu « trop de la chance » de signer chez Rebelle Éditions. 😛

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s