Petits bonheurs – 14 février

IMG_20190209_113503_resized_20190213_114041178

  • Regarder l’épisode de 40 min de Steven Universe.
  • M’inscrire à des formations.

IMG_20190209_093234_resized_20190213_114041707

  • M’acheter un nouvel oracle.
  • Les températures qui remontent.

IMG_20190209_153147_resized_20190213_114040747

  • Une animation jeux de société à la bib.
  • Prévoir de manger avec des copines.

IMG_20190211_105128_resized_20190213_114039909

  • Me mettre à la broderie.
  • Faire le plein de livres à la médiathèque.

IMG_20190212_135734_resized_20190213_114039191

  • Recevoir mes exemplaires de ma nouvelle parution.
Publicités

[À la découverte de] Elodie Lemaire, autrice à crocs

Autrice de nouvelles et d’un premier roman aux éditions du Petit Caveau, « Sonate au clair de lune », Elodie Lemaire est l’invitée du jour dans mon Terrier. Découvrons donc cette jeune femme flamboyante qui a accepté de répondre à mes questions.

EEwtYVD0

Bienvenue dans mon Terrier ! Peux-tu nous dire quelques mots sur toi et ton parcours d’autrice ?
Bonjour Lily, et bonjour à tous. Passionnée par les livres depuis avant même de savoir lire, j’ai commencé à écrire à l’âge de neuf ans des petits textes pour mes camarades de classe, puis pour moi des textes de plus en plus volumineux. J’ai publié ma première nouvelle dans l’anthologie « Or et Sang » des éditions du Petit Caveau en 2009, et mon premier roman en 2017 chez le même éditeur. J’ai toujours écrit plus ou moins régulièrement, mais depuis cinq ans j’écris au moins 1 roman par an et plusieurs nouvelles dans des genres et des styles très variés.

« Sonate au clair de lune » est ton premier roman publié, comment est né cet ouvrage ?
L’ouvrage est né en 2012 un peu par hasard, après un rêve, je crois. J’y avais entrevu quelques personnages, des noms, des bribes… j’ai alors écrit les grandes lignes de l’histoire sur papier (4 pages en tout avec beaucoup d’espace) et les premières pages, avant de le mettre au fond d’un dossier de mon ordinateur et l’oublier.
En 2014, à l’occasion de mon premier NaNoWriMo, alors que je cherchais un projet dans lequel me lancer rapidement parce que je m’y suis pris un peu tard, j’ai repris le texte et ai entrepris de le finir en lui ajoutant 50 000 mots.

sonate-au-clair-de-lune-1000889

Une de tes nouvelles porte également sur le thème du vampire. Pourquoi cette créature plutôt qu’une autre ?
C’est vrai que quand je me penche sur mes textes, je reviens souvent à cette créature, sans chercher à le faire exprès. Peut-être parce qu’inconsciemment je la trouve fascinante par son symbolisme. Pour moi, les vampires existent vraiment et c’est un peu ce que j’ai voulu exprimer dans ma « Sonate ». On peut se faire vampiriser bien des choses, pas seulement son sang. Beaucoup de personnes ont déjà rencontré dans leur vie des « vampires » qui leur ont absorbé leur énergie, leur joie de vivre, voire leur esprit ou même leur argent pour exister…

Comment écris-tu ? Quel est ton processus de création ? Nous voulons absolument tout savoir sur ta façon de créer tes histoires.
Pour commencer, sachez que je me définie comme étant plus « planner » que « plantser » (je dirais 80/20 si on devait résumer en chiffres). J’ai donc besoin de bien planifier mon histoire avant de me lancer.
Pour cela je passe toujours par une phase de préparation sur papier. J’ai besoin de ce contact avec le concret, d’écrire dans des carnets (j’en ai plein, de toutes sortes, types, tailles…).
Comme il y a toujours beaucoup d’éléments qui traînent dans mon cerveau, j’ai environ 10 nouvelles idées par jour mais je n’en retiens pratiquement aucune. J’attends de voir si elle va revenir, prendre de la consistance, gagner en crédibilité. Ce n’est que lorsque j’ai assez d’éléments pour être convaincue que je vais poser à plat mes idées dans un petit carnet où je note en vrac toutes mes idées encore pas très sérieuses.
Mais ce n’est pas parce que l’idée y est consignée qu’elle sera rédigée ! J’ai dans mon carnet plusieurs plans complets et détaillés de romans qui ne verront jamais le jour.
Car une fois l’idée consignée, elle doit continuer à faire son chemin, grandir comme une plante qui serait entretenue par le terreau quotidien. Ce n’est que quand j’ai le déclic que je prends un nouveau carnet et y rédige tout le plan détaillé, les informations sur les personnages, des phrases, des morceaux de dialogues, un synopsis rapide… Une fois tout préparé, je n’ai plus qu’à me lancer. J’écris mes textes finaux sur ordinateur sur un simple traitement de texte avec mon plan à côté. Je mets souvent un fond sonore qui me semble représenter l’ambiance de la scène ou du texte en général.
J’essaie d’écrire au moins un peu chaque week-end ou pendant les vacances mais ce n’est pas évident. Je consacre la majeure partie de mon énergie de rédaction au NaNoWriMo en faisant de mon mieux le reste de l’année.

Quel est ton meilleur souvenir d’autrice ?
Incontestablement le premier salon que j’ai fait en tant qu’autrice. Je pensais sincèrement passer une longue journée un peu déprimante à regarder les autres vendre leurs livres pendant que les gens passeraient devant mon stand sans me voir. Au lieu de cela, ça été tout l’inverse ! J’ai vendu tout mon stock en quelques heures, y compris à des inconnus ! J’ai reçu la visite d’amis et de personnes qui comptaient pour moi, et même un ami qui m’a fait la surprise de venir me voir en vrai alors que nous nous connaissions par le web depuis plusieurs années sans jamais nous être rencontrés. C’était une journée très émouvante et riche. Inoubliable.

ujUOurNf

Salon Fantasy en Beaujolais

Tu participes régulièrement au NaNoWriMo, qu’est-ce que ce challenge t’apporte en tant qu’autrice ? Est-ce facile à tenir ou dois-tu te forcer pour arriver au bout ?
Le NaNoWriMo est devenu un incontournable de mon année littéraire. C’est une expérience tellement enrichissante et fantastique, l’ambiance, que ce soit dans la vraie vie ou sur les réseaux, est tellement incroyable, qu’elle donne la force de se dépasser.
J’ai la chance de ne jamais avoir à me forcer pour écrire. Comme je le disais plus haut, toutes les grandes lignes et les personnages sont planifiés à l’avance, donc je sais où je vais, et je fais partie des auteurs qui n’ont pas de mal à aligner les mots. De fait, c’est un peu comme mettre en pratique une grande recette déjà écrite. Je me libère ainsi plus d’énergie pour écrire et moins pour réfléchir. C’est tranquillisant.

Où puises-tu tes inspirations ?
C’est banal, mais dans le quotidien. Tout est propice à l’inspiration, c’est pourquoi j’aime multiplier les activités et les rencontres. La réalité est souvent bien plus surprenante que la fiction.

Quel est le dernier livre que tu as lu ?
La 25ème heure, premier tome du diptyque « Les enquêtes de la 25ème heure », de Feldrik Rivat aux éditions de l’Homme Sans Nom. Un polar fantastique et ésotérique qui se déroule dans le Paris de 1888 en pleine construction de la Tour Eiffel. Très immersif et palpitant.

Iho5B9BD

Salon Des Livres et Vous, Villette d’Anthon

Si tu pouvais aller prendre un café avec un auteur (vivant ou mort), qui choisirais-tu ?
J’adorerais aller boire un verre avec Diderot. Je pense que ce serait très intéressant et j’adorerais discuter de l’Encyclopédie et de son rapport à l’écriture.

Pour finir, parle-nous de tes projets à venir (publications, écriture, salons, etc.).
Le prochain salon où me trouver pour discuter ou vous procurer ma Sonate se déroulera dimanche 27 janvier au salon Des Livres et Vous à Villette-d’Anthon (38)*. Je devais participer au Salon du Vampire début février mais il vient malheureusement d’être annulé.
Côté écriture j’écris actuellement la dernière partie d’un roman Young Adult sur WattPad qui a été nommé aux Wattys 2018 (Insidious – Le grand bug), et je viens d’achever l’écriture d’une romance de plus de 75 000 mots écrite en grande partie pendant le NaNoWriMo. Il s’agit d’un projet avec une amie où nous avons écrit une histoire commune de deux points de vue différents.
Je viens aussi de commencer un texte de SF sur le thème du corps de la femme et de la liberté pour elle d’en disposer librement.
Enfin, en novembre, j’écrirai le dernier tome d’une trilogie vampirique fantastique que j’aimerais soumettre à des éditeurs.

Aucune publication papier en vue pour le moment mais j’aimerais justement consacrer mon année à corriger un peu plus et écrire un peu moins. C’est mon unique résolution pour 2019.

 

Merci à Elodie pour ses réponses ! Vous pouvez la retrouver sur Twitter et son site L’Imaginaria, et vous pouvez vous procurer le roman « Sonate au clair de lune » sur le site de l’éditeur. 🙂

*Note de l’habitante du Terrier : l’interview est publiée bien après le salon, toutes mes excuses.