Bilan d’avril (grumphf)

Avril2020

Ouais. Le point positif, vous me direz, c’est que le mois d’avril est terminé.

Point écriture :
* Suite au live fait sur le compte Instagram du Chat Noir, j’ai été frappée par la motivation et j’ai corrigé la totalité de mon dernier manuscrit. Ça a pris une semaine entière, et puis pouf, motivation dans les toilettes.
Ce qui est bête parce qu’il ne me reste plus que de la création : j’ai changé la fin de l’histoire, alors j’ai les deux dernières scènes à écrire. Autant les corrections ont coulé tranquillou, je ne réussis pas du tout à créer. C’est dur.

Point lecture :
* Pas bien folichon de ce côté-là, j’ai finalement pu lire pas mal de romans et BD mais globalement mes lectures me sont passées au-dessus.
Sauf le roman de Øystein Stene, « Zombie Nostalgie », qui m’a beaucoup plu ! Comme j’ai un peu tout lu ce qui se fait en zombie, c’est compliqué de trouver une lecture bonne et/ou originale. Là, c’était les deux.
Mais le roman suivant a traîné en longueur parce que je ne rentrais pas dedans. Donc plutôt que de passer à côté de romans qui doivent certainement être très bons, je me replonge dans « Dune » pour ma lecture annuelle du roman (on en est donc à la 24e relecture ^^).

Point professionnel :
* Pas de chômage partiel pour moi puisque j’ai assuré toutes mes heures (pan dans les dents de ceux qui pensent que bibliothécaire c’est n’être payé qu’à scanner des bouquins), et nous avons proposé un service de livraison toutes les semaines. Là on est sur le questionnement de la ré-ouverture au public en mai.
* J’ai fait le point sur ma vie, et j’ai envoyé ma candidature à un poste qui me faisait envie… et qui n’a rien à voir avec la bibliothèque. Ça ne donnera sûrement rien (pas d’expérience dans le domaine et plein de gens positionnés dessus) mais j’ai compris qu’il fallait que je bouge de mon train-train de vieille personne, donc j’ai aussi fait des demandes de formation.

Point animaux :
* Hachiko en a assez de jouer à la balle dans le jardin, il a mis sa tête entre deux tiges du portail et il l’a lâchée. La route est en pente, le temps que je sorte, elle avait disparu. Adieu chère balle.

Point divers :
* J’en ai maaaaaaaaaarre.

 

Et en mai, qu’est-ce qu’on fait ?

Bah je fête mes 34 ans. Et j’essaie d’écrire ces deux dernières scènes.
Et on survit.

Bilan de mars, wouhou

Quel plaisant mois de mars, n’est-ce pas ?

* Pour moi, il a commencé par la mort de mon parrain, le seul frère de mon père. Crise cardiaque à 65 ans, au Portugal, avec toutes les formalités compliquées qu’engendre un rapatriement etc.
Dans notre malheur, nous avons pu aller à ses funérailles qui ont eu lieu une semaine avant le confinement. Quand nous sommes revenus de Toulouse, on annonçait la fermeture des écoles et vous connaissez la suite.

* À la bibliothèque, nous étions en pleine organisation d’une randonnée caritative au profit de l’association « Dans les yeux d’Hulk ». Ça devait avoir lieu le samedi 14 mars, nous avions déjà une bonne vingtaine d’inscrits et nous comptions sur encore plus le jour-même. La veille, la commune où devait se dérouler la randonnée a décidé d’annuler tous les événements publics, couic la rando. Avec le recul, c’était une sage décision mais franchement, sur le coup…

Surtout que l’association va manquer également ses ventes d’avril, ce qui fait moins de rentrée d’argent, voire pas du tout pour les prochains mois. Si vous vous sentez de donner un peu, d’ailleurs, il y a une cagnotte en ligne ICI.

* Et puis le confinement ! Ce n’est pas tant d’être confinée qui me chagrine, mais plutôt l’atmosphère très anxiogène.Je n’ai réussi à lire que deux romans et une BD en deux semaines. Je n’ai pas corrigé ou écrit du tout (mais je viens de penser à un petit scénario d’attaque zombie, là, je crois que je vais m’y mettre).

Cela dit, je rattrape mon retard sur les MOOC auxquels je suis inscrite (un sur la fin de vie et un autre sur comment vivre avec les animaux, sur Fun-MOOC) et je fais tout ce que je n’ai pas le temps de faire d’ordinaire à la bibliothèque.

Paradoxalement, je ne regarde pas plus la télé non plus. J’ai décidé de regarder « How I met your mother » que je n’avais jamais vue en entier, j’ai plutôt aimé « Freud », et je termine la saison 4 de « Van Helsing ».

* Mes animaux : Isatis en a clairement assez de nous avoir sur le dos toute la journée, elle a décidé de s’isoler dans les toilettes.
Jazzy, fidèle à elle-même, n’en a rien à secouer.
Hachiko, par contre, c’est la catastrophe. J’ai fait l’erreur de les prendre avec moi même pour aller travailler, et il a « oublié » que je pouvais m’absenter de temps en temps. Résultat, un moment de solitude pourtant court a causé la destruction d’une partie du canapé (encore). Hachiko a été beaucoup trop stimulé la première semaine de confinement, c’était une erreur, je fais donc attention maintenant.

Mais on travaille ! À la fin du confinement, je vais sûrement devoir reprendre les cours collectifs avec d’autres chiens parce que ça y est, dès qu’il entend un aboiement, il essaie de m’arracher le bras pour aller voir les copains. On en profite cependant pour tester de nouvelles choses, comme le « tourne » qui ne sert à rien, ou le « attend » beaucoup plus utile. Preuve en photo qu’il comprend :

* Et en avril, on fait quoi ?
On termine les MOOC !
On apprend à jouer de l’ocarina !
On corrige et on écrit !
(Peut-être.)

[J’ai testé] Les produits Noire Ô Naturel

Il y a quelques semaines, j’ai pris la décision de couper mes cheveux. Vraiment couper. M’arrivant au milieu du dos, ils étaient trop lourds pour faire de jolis boucles, ils n’avaient aucune forme, bref, j’en avais marre. Alors j’ai pris rendez-vous chez une coiffeuse spécialisée en cheveux bouclés et hop, coupe coupe coupe ! J’ai maintenant juste assez de longueur pour faire une queue de lapin, mais ça me suffit. C’est la première fois que je porte mes cheveux aussi courts et je ne regrette pas. Ils sont plus faciles à coiffer, plus légers.

Dans la continuité, j’ai décidé de tester des produits d’une marque qui m’intéressait depuis un moment : Noire Ô Naturel. Comme son nom l’indique, elle est également spécialisée dans les cheveux bouclés à crépus. Grâce au code promo de FJ Beauty (merci !), j’ai bénéficié de 10% sur ma commande de deux produits :

IMG_20200224_144156_resized_20200322_014424444

Le masque soin sublimateur : je l’ai utilisé en après-shampoing que j’ai laissé posé pendant ma douche, et aussi en masque pré-lavage (pas les deux pour le même shampoing, hein ^^). La texture est vraiment agréable, sans en mettre beaucoup le cheveu est bien nourri. Les boucles sont dessinées, ça sent bon, bref, j’aime beaucoup.

La BB Cream : clairement, je l’adore. Je l’utilise après mon shampoing comme lait coiffant, sur cheveux encore mouillés donc. Et là, miracle, ces boucles de fou. *o*

IMG_20200228_130632_resized_20200322_014423913

Cela faisait longtemps que mes cheveux n’avaient pas une aussi bonne tenue. Ils reviennent de loin donc ils ont encore un peu de chemin à faire mais je suis vraiment satisfaite des produits que j’utilise maintenant.

IMG_20200320_144336_465

Du coup je montre ma tête sur internet à défaut de voir des gens « en vrai » en ce moment. ^_^

Un an déjà…

… que mon bébé Ghost est mort. J’ai l’impression que c’était hier et pourtant, c’est comme si j’avais vécu l’éternité en une année.

Mes cheveux blancs en témoigneront, le coup fut rude, la chute terrible et la remontée presque impossible. Il y a 6 mois, je pensais même ne jamais m’en relever.

Je n’ai pas réussi à m’en sortir seule. La présence de mes autres animaux aidait mais je les faisais souffrir tant ma peine était grande. Alors j’ai pris la décision d’aller chez un psychologue. Ce fut compliqué. Comment expliquer que j’avais besoin d’aide pour « la mort d’un chien ». Comment admettre que je ne parvenais pas à sortir du gouffre toute seule. En fait, je n’avais plus le choix. C’était ça ou m’enfoncer dans la dépression jusqu’au bout.

Je dois dire que ça m’a fait beaucoup de bien. J’ai compris que je pouvais continuer à vivre. Ghost était l’amour de ma vie mais il n’a pas emporté mon amour avec lui. Alors oui, c’est toujours dur. Parfois je regarde l’urne de ses cendres et je prends de plein fouet le fait que son corps est réduit à cela, qu’il ne reviendra jamais, que je ne le verrai plus jamais. Mais je suis toujours en vie.

Il y a un an, je perdais mon compagnon de route. Aujourd’hui, j’ai créé un mémorial pour lui rendre hommage. J’aime beaucoup l’idée de ce cimetière virtuel. Le site est participatif, vous pouvez y laisser un mot si le cœur vous en dit, ou créer votre propre mémorial pour votre animal.

« Les chiens ne nous abandonnent que pour mourir, mais ils nous laissent leurs merveilleux souvenirs pour éclairer le reste de notre chemin. »