Bilan de cette année 2018

Sans titre

 À quelques jours de la fin de l’année, il est temps pour moi de dresser le bilan de 2018.

Spoiler alert : ce n’est pas très glorieux.

Il faut croire que je ne suis capable de grandes choses qu’une année sur deux. En 2017, j’ai complètement bouleversé ma vie en faisant des choix forts. Je ne me suis pas contentée d’attendre, j’ai agi en sachant que je prenais des risques mais j’ai foncé. En 2018, je me suis bien reposée sur mes lauriers. J’avais le boulot dont j’ai toujours rêvé, l’appartement qu’il me fallait, une vie perso plutôt comblée. Alors je n’ai. Rien. Glandé.

Cette année, je n’ai pas accompli grand-chose. Toute mon énergie a été dédiée au boulot. En 2018, j’ai été bibliothécaire et c’est tout. Certes, ça a été des efforts de faits. J’ai mené une série d’animations qui a maintenant un public fidèle, j’ai construit une vraie relation avec les enfants de l’école, je ne me suis pas tournée les pouces. Je suis très contente de ma bibliothèque et j’aime toujours autant mon travail. Je suis toujours motivée à faire plus et à monter de nouveaux projets, à m’investir dans la structure et dans le village. Mais voilà, il n’y a pas que ça dans la vie et j’ai eu tendance à l’oublier.

Pandémonium est sorti au mois de février mais je n’ai pas été capable de produire autre chose cette année. J’ai raté le NaNoWriMo pour la première fois en six ans. J’ai eu des projets d’écriture que j’ai été incapable de mener à bien. Concernant Pandémonium, je suis complètement passée à côté de la promo malgré les salons. J’avais un thème fort que j’aurais pu exploiter, j’avais un message à faire passer et je suis passée à travers. Le roman va avoir un an bientôt, je suis extrêmement déçue de moi-même. J’aurais dû faire tellement mieux et tellement plus. Malgré sa sélection au PLIB et ses plutôt bonnes chroniques, j’ai mal fait mon boulot d’autrice.

Je savais qu’en venant vivre à la campagne, ma vie sociale déjà menue en prendrait un coup. Préférant la solitude à la compagnie, je pensais m’en accommoder facilement. Au début, oui. J’ai vraiment eu l’impression de renaître en arrivant ici. Aujourd’hui, j’ai plutôt l’impression d’avoir perdu une année de ma vie à me cacher du monde.

Ma fin d’année me laisse sur les rotules, je prends conscience que j’ai oublié tout ce qui faisait que j’étais moi. Fin 2017, j’étais au plus fort de ma spiritualité. Fin 2018, je réalise que je n’ai pratiquement pas médité durant les six derniers mois et que je n’ai plus aucun contact avec celles qui m’ont aidé à me forger.

Je me donne l’impression de n’avoir rien fait de particulièrement notable cette année. Comme si j’étais restée passive à regarder défiler les jours en attendant… quelque chose. Pourtant, et tout le paradoxe est là, j’ai été véritablement heureuse en 2018. Un vrai bonheur construit par et pour moi-même, sans avoir besoin de quoi ou qui que ce soit. Alors je me dis que peut-être, j’avais besoin de cette apathique année pour ça.

Et heureusement, j’ai déjà de grands projets pour 2019.

Publicités

Ma liste de Noël

Les petits de l’école ont passé la semaine à me demander si j’avais fait ma liste au Père Noël. Au début, je ne savais pas quoi leur répondre (à part 2000L de fioul… XD). Et puis finalement, j’ai réussi à la faire, cette liste.

91-jig7-RmL._SY445_

  • Le coffret DVD de Sailor Moon Crystal (ou alors, demandez-la à Netflix – moi je l’ai déjà fait).

1535972677

  • Le Cute Little Lenormand (que vous pouvez trouver chez Lilith).

 

IMG_0095_1_1024x1024@2x

téléchargement

  • « Agenda de pratique 2019: 365 jours pour développer ses capacités créatives et magiques », de Lisbeth Nemandi.
  • Cette brosse anti-poils ultra nécessaire pour moi.

NN2147_600

  • La carte d’Erebor.

NN0936_600

  • L’anneau de Galadriel (mais ça, c’est juste si vous voulez me demander en mariage. Autant vous prévenir, c’est pas sûr que je dise oui, mais je garderai quand même la bague.)
  • N’importe quel thé de chez Sinensem. Je prends aussi les boules à thé, je n’en ai plus qu’une. T_T
  • Des carnets ! Parce que je n’en ai jamais assez, vraiment.

 

Et puis, le plus important : envoyez-moi des cartes de vœux ! ♥

Programme de mon été

J’attaque le premier été de ma nouvelle vie. Un été qui sera sinon compliqué, mais au moins très silencieux puisque les petits seront en vacances et que leurs cris ne rythmeront pas mes journées. Alors j’ai blindé mon planning de choses à faire pour ne pas y penser. ^_^

Déjà, tout le mois de juillet sera consacré au Camp NaNo, même si aujourd’hui 1r juillet, je n’ai toujours aucune idée du projet dans lequel je vais me lancer.

J’ai du boulot à la bibliothèque par-dessus la tête, des dossiers à monter et des animations à préparer qui vont occuper tout mon temps de travail sans que je risque de m’ennuyer un instant entre deux usagers.

Et il y a « le reste » :

IMG_20180612_115841

  • Je vais apprendre à jouer de l’ocarina. Je suis plutôt douée à la flûte, alors je pense pouvoir gérer ce joli petit instrument.
  • Roller ! J’ai sorti mes quad des cartons, ça fait une éternité que je n’ai pas roulé.
  • Reprendre mon projet de Death Café.
  • Profiter du creux de l’été pour reprendre mes recherches généalogiques.
  • Aménager ma 2e chambre et décorer ma cuisine.
  • Retrouver une routine de méditation correcte.

Normalement, avec tout ça, je devrais survivre à cet été.

[J’ai fait] Le défi des 100 jours pour une vie extra

IMG_20180516_141138_806

Cette semaine, j’ai terminé mon « Défi des 100 jours pour une vie extraordinaire ». J’avais fait un article au tout début pour présenter le cahier et les premiers jours, il est temps d’en faire le bilan.

Commencé au mois de janvier, j’étais dans une période de tâtonnements. En effet, je voyais des choses s’ouvrir et s’offrir à moi, mais je ne savais pas dans quel sens les prendre ni si elles en valaient la peine. Je venais d’avoir mon vrai chez-moi, j’emménageais dans un village où je ne connaissais que les enfants et les bénévoles de la bibliothèque. Mais j’étais enthousiaste ! Tellement enthousiaste que je ne savais pas comment gérer cet excès d’énergie. Je vivais avec un big bang d’idées sans parvenir à les isoler les unes des autres. Pour cela, le cahier du défi a été un outil vraiment intéressant.

Au départ, j’avais 5 intentions bien claires pour les 100 jours à venir et pour le reste de ma vie.
1. Etre plus ouverte à l’affection.
2. Ecouter mon intuition.
3. M’amuser.
4. Choisir d’être heureuse.
5. Ecouter l’Univers.

Une 6e s’est ajoutée en cours de route pour apprendre à canaliser mon impatience. Je n’ai pas toujours suivi ces intentions. Parfois, c’était plus facile de retomber dans la négativité, de me dire que je ne pouvais rien faire de plus, de stagner. Mais dans l’ensemble, je suis assez contente du chemin parcouru.

Pendant ces 100 jours, il s’est passé de drôles de choses. Je commence tout juste à me dire que peut-être, je me ferai des amis dans ce village. J’essaie en tout cas d’œuvrer dans ce sens sans que cela prenne 25 ans.

Ces 100 jours m’ont permis d’apprendre à visionner ce que je veux. Créer une vision, loin de n’être qu’un moyen de fantasmer une vie, permet de travailler à la rendre réelle. J’ai une vie extraordinaire et j’ai la capacité de la rendre encore mieux, malgré les obstacles que je me mets parfois.

Demain, je commence un nouveau défi, un peu différent de celui-ci. On en parle dans un prochain article. 🙂