Ghost ou la malédiction du Japon

DSCN0153

En ce moment, Ghost, mon chien, est victime de ce que j’appelle « la malédiction du Japon ».

Il y a 8 ans, j’étais à Tokyo pour la troisième fois. C’était, je le pensais à ce moment-là, la « dernière fois avant l’ultime ». En effet, j’avais décidé de vivre au Japon. J’avais tout bien préparé, VISA, appartement, boulot. J’étais fin prête et pour X raisons, je me suis dégonflée.

À cette époque, le Japon, c’était toute ma vie. Aussi, lorsque j’ai réalisé que mon envie d’y vivre ne se concrétiserait pas, j’ai dû ajuster mon existence. Petit à petit, j’ai occulté tous mes précédents voyages, en oubliant des détails et des événements, allant jusqu’à rayer de ma mémoire le plus gros béguin que j’ai jamais eu. J’ai coupé les ponts avec les gens qui auraient pu me rappeler ce que j’avais vécu pendant quelques années.

Et Ghost est arrivé. J’avais dorénavant un chien, alors plus question de penser à vivre au Japon. J’ai fermé les yeux, définitivement, sur cette vie. J’ai mené ma barque à 1000 lieues de là où elle aurait dû aller. Et je n’ai plus repensé au Japon pendant presque huit ans.

Jusqu’à il y a quelques mois où, pour une obscure raison, j’ai décidé de regarder le DVD d’un spectacle que j’étais allée voir à Tokyo en 2007.

Passons la claque dans la figure et tous les souvenirs enfouis qui ont refait surface. Je me suis retrouvée projetée en 2011, au moment où j’étais (jeune) pleine de projets et de rêves. J’ai regretté mes choix. Amèrement. Peut-être pour la première fois de ma vie. J’ai relu mes « mémoires », que j’avais écrites lors de mes précédents voyages. Des tas de détails sont revenus à la vie.

Alors ni une ni deux, puisqu’on ne peut pas changer le passé, j’ai pris des billets d’avion pour Tokyo.

Et Ghost est tombé malade. Évidemment, ce n’est pas lié, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que mon chien était le symbole de mon détachement du Japon, et lorsque j’ai décidé de briser ma promesse, j’ai été punie.

(Bon, Ghost va beaucoup mieux, hein. Il a été soigné et pète le feu, donc *normalement*, ça devrait aller.)

Je ne sais pas ce que j’attends de ce voyage à venir. Beaucoup de choses et en même temps, rien. Je ne sais plus tellement où j’en suis côté professionnel, je doute de tout. Le Japon ne sera pas la réponse à tout ça mais… je ne sais pas. Pour le moment au moins, j’ai cette perspective qui m’enchante et je compte les jours jusqu’au départ !

Publicités

Ma vie à la campagne, 1 an après

IMG_20180910_201014_resized_20190216_052456394

Voilà un an et un mois (tout pile) que j’ai décidé de quitter la vie urbaine pour venir habiter dans un petit village de 1500 habitants. Il y a un an, j’étais certaine de ce choix : c’était l’un des meilleurs de ma vie. Je n’avais plus à prendre la voiture pour aller travailler (un des buts de mon existence !), le loyer était largement abordable pour une surface carrément agréable -voire même un peu trop grande pour moi, mais qui s’en plaindrait ? J’avais de plus un jardin pour les chiens, bref, la totale.

IMG_20180910_200828_resized_20190216_052456870

Ghost est content.

Durant l’année écoulée, je me suis rendue compte que le chauffage au fioul, c’est du caca et ça coûte une blinde, surtout que l’appartement est un vrai gruyère. Le point noir de ce lieu de vie, compensé par le reste même si je passe un hiver bien pourri.

Bref, dans l’absolu, je pense que j’aurais beaucoup de mal à trouver aussi bien et aussi peu cher si je décidais de quitter le village, en tout cas pour le moment.

IMG_20180330_200636_resized_20190216_052456038

Mais ma vie à la campagne, ce n’est pas qu’avoir un chouette lieu de vie. C’est aussi ne plus avoir de vie sociale. \o/

Au début, ça me convenait très bien. Je n’aime pas trop sortir, je préfère rester à la maison plutôt que de voir des gens, le boulot à la bib me suffisait à avoir mon quota d’interactions. Un mode de vie qui m’allait bien. Sauf qu’au bout d’un an, j’ai réalisé que je ne voyais vraiment personne. Je ne vais plus à Lyon, je ne vois plus les copains qu’en salon, et globalement, j’habite maintenant trop loin de tout le monde pour faire des sorties spontanées. J’ai même abandonné les randonnées alors qu’il y a plein de sentiers autour de chez moi.

IMG_20180301_071206_resized_20190216_052455663

Je sais que j’ai un peu trop pensé à la bibliothèque cette année au détriment de tout le reste, et ça s’est ressenti autant dans ma carrière littéraire que dans ma vie sociale. C’est un peu triste. x)

Je ne regrette pas d’avoir emménagé ici, c’est quand même un chouette coin avec des gens plutôt accueillants et un boulot que j’aime. Mais il y a des choses à ajuster pour les mois à venir. ^_^

#20thingsIwantfor2019

*retrousse ses manches*

#1 Avoir un bon rythme d’écriture.
#2 Redonner vie à d’anciens projets d’écriture.
#3 Beaucoup voyager.
#4 Voir plus de gens.
#5 Améliorer mon niveau de vie.
#6 Essayer des nouvelles choses.
#7 Me mettre à la broderie.
#8 Jouer d’un instrument.
#9 Apprendre à manier l’épée.
#10 Acquérir de nouvelles connaissances.
#11 M’amuser tous les jours.
#12 Reprendre les rênes du blog.
#13 Créer une association.
#14 Jouer mon rôle d’ambassadrice de la Mort.
#15 Retrouver une spiritualité correcte.
#16 Jardiner.
#17 Aménager ma deuxième chambre pour y travailler.
#18 Faire un nouveau shooting photo.
#19 Réaliser quelques rêves.
#20 Offrir des cadeaux faits-main.

Mes grands projets pour 2019

Blog1912

Après le bilan (tout pourri) de 2018, un peu de positivité, d’espoir et de motivation pour ce qui m’attend en 2019 ! Comme je me suis bien laissée porter par le courant cette année, j’ai la niaque de me lancer dans de nouveaux projets.

Au niveau écriture :

=> Je débute 2019 directement par la révision/correction d’une histoire jeunesse écrite il y a quelques années, qui sera illustrée par mon frère (si vous ne connaissez pas encore son travail, voilà le lien vers sa page facebook).
=> Mon projet NaNoWriMo, lâchement abandonné début novembre, devrait me prendre une bonne partie de l’année. Ce sera une dystopie young adult, sur le thème de la Mort.
=> Deux autres idées me trottent dans la tête, à voir comment je le sentirai au moment de les écrire : un roman jeunesse / une nouvelle collaboration avec une illustratrice.

Au niveau parution :

=> Pour le moment, seule la sortie de ma nouvelle « L’Homme Chocolat » chez les éditions 1115 est prévue.

(Il y aura aussi des salons et des dédicaces en librairies, je vous en parle bientôt !)

Au niveau personnel :

=> Préparation d’un grand voyage. (Ceci dit, je suis encore à me poser la question si je le fais ou pas, donc peut-être qu’il n’y aura pas de grand voyage. Qui peut savoir. Pas moi en tout cas.)
=> Faire du sport plus régulièrement : mes horaires de travail n’étant pas compatibles avec les heures d’ouverture de la salle de sport du coin, je me suis achetée de l’équipement. J’ai plutôt intérêt à rentabiliser la chose.
=> M’inscrire à un club : j’hésite encore. Je voulais faire du tai-chi mais je crois que le club d’ici est en train de mourir. Donc peut-être aïkido.
=> Reprendre des cours de japonais : dire qu’il y a 10 ans, j’étais capable de tenir une conversation… snif.
=> Sortir plus : ouais, parce que bon, après une année à ne voir pratiquement personne, ça y est, je sature !

Au niveau bibliothèque :

=> Continuer mes animations mensuelles en essayant des nouvelles choses.
=> Ecrire une histoire de fantasy avec mes CM2 (leur demande à eux !).
=> Faire un marché de Noël dans le village.
=> Organiser un salon de la BD (peut-être pas pour cette année, mais au moins commencer à réfléchir dessus).

Bon. Y a plus qu’à !