[J’ai vu] Histoires à lire debout

Vendredi soir, j’ai été invitée à aller voir la pièce que présentait le groupe de théâtre « ados » de Chavanoz. Récompense d’une année de travail sous la houlette de leurs professeurs, Joëlle Lestra et Julien Thonnat, les jeunes (âgés de 14 à 18 ans) ont joué la pièce de Jean-Paul Alègre : « Histoires à lire debout ».

La nuit, dans le silence de la bibliothèque, Magnus l’encyclopédie, Philo, Roman, le soupirant de la délicate Flore, le recueil de poésies, et Sans¬Nom, le livre raté qui mélange ses pages, forment une joyeuse bande dans le meilleur des mondes.
Hélas, une menace pèse sur ces rayonnages heureux : celle du Grand Autocrate qui décide de partir en guerre contre le livre et la lecture. Mais d’Artagnan, Buffalo Bill, Obélix, la Princesse de Clèves, Molière et le Petit Poucet ne l’entendent pas de cette oreille ! Ils s’unissent pour défendre la liberté d’écrire et de penser…

Je ne connaissais pas l’oeuvre avant ce soir-là. J’y allais sans même connaître le résumé.

La pièce commence par le personnage du Livre. Il s’adresse au lecteur qui le tient entre ses mains, lui parle comme on parle à une personne avec qui on débute une relation. Un peu de gêne, de la séduction, et beaucoup d’espoir que ça marche. Puis le Livre tourne la page sur son histoire, sur une histoire aux accents oppressants et pourtant lumineux.

On se retrouve alors dans une bibliothèque, dirigée par un vieux bibliothécaire amoureux des livres. Cet amour qui transparaît dans chacun de ses mots est mis à mal par l’arrivée d’une menace, représentée ici par le Grand Autocrate, dictateur qui pourrait être celui du pays d’à côté, et qui décide de s’attaquer à la lecture pour empêcher le peuple de réfléchir à la liberté.

Mais quand la nuit tombe et que le bibliothécaire rentre chez lui, les livres prennent vie pour nous raconter leurs aventures… puis la peur qu’engendrent les agressions qui les visent désormais.

Autant vous le dire tout de suite, j’ai failli pleurer pendant les 3/4 de la pièce. Déjà parce que les jeunes ont été capables de personnifier les sentiments et l’angoisse du thème de la pièce : le bibliothécaire qui parle de ses livres, la petite Flore meurtrie et ses amis impuissants, les personnages célèbres qui s’unissent pour donner un spectacle face à la tyrannie…
Ensuite parce que le message résonnait en moi comme une appréhension sourde, la menace de ma liberté d’écrire, de lire, de ne plus pouvoir m’échapper dans mes romans, et aussi le réconfort que je n’écris pas pour rien, que les artistes ont une véritable mission, que face à la menace, on a tous un rôle à jouer.

Dire que j’ai aimé la pièce ne serait pas lui faire honneur. Ça a été au-delà. Du début à la fin, j’ai été suspendue aux lèvres de ces jeunes, émue aux larmes par leur performance et le message qu’ils faisaient passer.

Un grand bravo à eux, ils ont été parfaits. Et bravo à leurs professeurs d’avoir choisi cette pièce qui les a si bien mis en valeur. C’était superbe. (Kylian, merci. ♥)

Publicités

Bilan du mois de mai

Mais enfin, que s’est-il passé au mois de mai pour que ce soit déjà le 31 ?

J’ai repris le boulot, certes, mais à côté, je n’ai RIEN glandé. Vous allez voir.

Écriture :

  • J’ai terminé et corrigé une nouvelle.

Voilà.

Divers :

  • Deux bouquins resteront dans l’histoire de ce mois de mai 2017 : « Où s’imposent les silences » d’Emmanuel Quentin (le mois dernier, j’avais lu « Dormeurs », j’ai encore plus apprécié ce deuxième roman dont je vous parlerai bientôt) et « Tu comprendras quand tu seras plus grande » de Virginie Grimaldi (ce livre a été une découverte incroyable, la romance est mignonne comme tout, les thèmes du deuil et de la vieillesse sont super bien abordés).
  • J’ai été aux Imaginales, un salon qui a eu une saveur particulière cette année, mais qui a été professionnellement très enrichissant.

Voilà, bis.

Et en juin, je fais mieux ?

  • Je vais me mettre aux corrections d’Emma, parce que quand même.

Bilan du mois d’avril

Si mars m’a semblé interminable, je n’ai pas vu passer le mois d’avril. Peut-être parce que j’avais la tête dans mon déménagement, ce qui m’a plongée dans une déprime sans nom. Trop de changements d’un coup, j’ai été submergée. Mais j’en vois le bout !

Voilà donc mon bilan du mois :

Ecriture :

  • J’ai réussi le challenge du Camp NaNoWriMo avec 30K de plus pour mon projet « Emma ».
  • Avec ces 30K mots, j’ai aussi terminé le premier jet de ce roman. \o/
  • J’ai envoyé « War on Wheels » à l’éditeur visé, plus qu’à attendre la réponse.
  • J’ai également envoyé un projet jeunesse à un autre éditeur.

Divers :

  • Parmi mes lectures du mois, trois livres se sont distingués : « Zombie Kebab » d’Olivier Saraja, « Sous le signe du Scorpion » de Maggie Stiefvater (suivez l’autrice sur Twitter, elle est à mourir de rire), et « Dormeurs » d’Emmanuel Quentin.
  • Mon neveu a eu trois ans, ça y est, mon congé parental s’arrête, je peux enfin retourner travailler.
  • Il y a eu un chouette événement au Dépôt Imaginaire pour faire un focus sur le Peuple de Mü. Je ne suis pas restée longtemps, faute d’un état d’esprit adéquat, et je le regrette vraiment !

Et en mai, il y aura :

  • Je commence un nouveau boulot ! En bibliothèque, ce qui est genre, un miracle.
  • Je ne sais pas si je commence les corrections d’Emma ou d’un projet de SF qui dort dans mes fichiers depuis des années.
  • L’écriture d’une nouvelle.
  • Les Imaginales !
  • Ah, et mon anniversaire, aussi. ^^

Bilan du mois de mars

Je l’avoue immédiatement, ce mois de mars a semblé interminable. J’ai l’impression qu’il a commencé il y a au moins trois mois. Et est-ce que j’ai été plus productive ? Absolutely not. Faisons le point.

Ecriture :

  • Roman des Enfers : retour d’une bêta-lectrice qui m’a donné de précieux conseils. J’ai donc retravaillé certains points qui péchaient toujours, et je dois dire que je suis plutôt satisfaite. Ça a été un gros boulot, mais le manuscrit est chez l’éditeur. \o/ *se prépare au retour de mail des Enfers*
  • Roman des Enfers toujours : j’ai trouvé un tiiiiiiitre. \o/ Mais il n’a pas encore été validé, donc… voilà.
  • Roman des Enfers, dernier acte : quelqu’un que j’admire beaucoup a accepté de m’en faire la préface… ^_^
  • War on Wheels : les épisodes 1, 2 et 3 sont revus et corrigés. Ne reste plus que le final, et après, envoi à l’éditeur.
  • Projet Emma : 15K mots déjà !

Parution et salon :

  • L’anthologie « Métas & Morphoses » est sortie à l’occasion des Oniriques, et est toujours disponible via la boutique internet du Peuple de Mü ou au Dépôt Imaginaire.
  • Les Oniriques, un festival vraiment sympa.

Divers :

  • Je suis allée voir Vincent Dedienne en spectacle, c’était tellement trop de la balle.
  • J’ai vu « La Belle et la Bête » au ciné, et wahou.
  • J’ai failli rencontrer l’auteur de mon livre préféré de tous les temps à Londres, mais les contrôleurs aériens ont décidé de faire grève le matin de mon départ.
  • Mon Death Café ne s’est pas fait, faute de gens intéressés. Ben alors ?! Je retenterai néanmoins.
  • J’ai dormi dans une yourte, au Domaine de la Pierre Ronde. C’est un endroit fabuleux et magique, et j’ai hâte d’y retourner pour essayer les maisons de Hobbit !

Bon… Finalement, j’ai tout de même fait des choses durant ce mois sans fin.

Et en avril, il y aura :

  • Très certainement le retour éditeur de l’énième version de mon roman des Enfers.
  • Peut-être bien des infos officielles concernant ce roman.
  • Le Camp NaNoWriMo avec un objectif de 30K mots pour mon projet Emma.
  • Plus d’articles de blog !
  • Le début d’un bullet journal pour m’aider à mieux gérer tous ces projets. ^_^