Back to School : Épisode 3, retour sur les bancs de la fac

residence_marguerite-2

Rentrons dans le vif du sujet de cette nouvelle catégorie « Back to School », avec le retour sur les bancs de la fac. Comme je vous l’ai déjà mentionné, je suis cette année une formation diplômante à l’université de Lyon I, dispensée par l’organisme Mediat. Je vous renvoie à leur site internet pour connaître leurs missions, objectifs, offres, etc.

Pour ma part, sur les conseils de la responsable de la médiathèque de Montalieu, je prépare un diplôme d’« assistante bibliothécaire – médiations numériques et culturelles ». Je m’étais étonnée de ne trouver aucune information sur le net venant de personnes ayant suivi le cursus (mais je n’ai peut-être pas cherché bien fort). J’aime bien savoir dans quoi je me lance, après tout, même si là, j’avais des infos indirectes. Bref, moi, je vais vous en parler. Alors, je n’ai pas le droit de diffuser les cours, vis à vis du règlement, tout ça, tout ça, mais je vais causer un peu de mes impressions et de ma façon de vivre cette formation.

J’ai cours deux jours par semaine, le lundi et le jeudi. Le lundi regroupant l’UE1 « La bibliothèque et son environnement » jusqu’en janvier, et l’UE2 « Gestion des collections » jusqu’en mai/juin. L’UE3 « Médiations » se déroule le premier semestre le jeudi (donc à partir de février, plus cours les jeudis), tandis que l’UE4 correspond au stage de 105h. À savoir que vous pouvez suivre cette formation sur une ou deux années.

Nous sommes 24 dans ma promotion. Moi qui pensais que la formation était ouverte à peu près à tout le monde, je me suis rendue compte à la rentrée que les places étaient limitées, et qu’il y avait donc une sélection (pour info, il y avait environ 50 candidatures cette année – 1 chance sur 2 d’être prise, fiou).

Alors, mes premières impressions ? Il va y avoir du boulot. Pas en terme de « devoirs à la maison » et révisions de la mort, mais en terme d’encaissement des informations. L’UE1, par exemple, est vraiment lourde en histoire/administration/droit/etc. Intéressante, mais lourde.
Par contre, je suis hyper emballée par l’UE3. Je n’ai eu qu’un seul cours pour l’instant, mais c’était super intéressant et enrichissant. Et cette UE va être l’occasion de visiter plusieurs bibliothèques de Lyon, ce qui est toujours sympa à faire.
Les cours sont donnés par de nombreux intervenants, qu’ils soient directeurs de bibliothèques municipales ou universitaires, sociologues, responsables de départements, etc. Cela donne une façon très originale de travailler, puisque jamais redondant, chacun ayant sa propre personnalité pour intervenir.

Comment je vis ce retour à la fac ? Plutôt pas mal, contrairement à ce que je pensais. J’ai conscience de travailler à mon futur professionnel et d’apprendre des tas de choses, je supporte donc les levers à l’aube deux jours par semaine et les deux heures de tramway qui vont avec. C’est vraiment cool, je rencontre aussi des gens différents, hors de mon milieu habituel, qui m’apportent des éclaircissements et des réflexions sur tout plein de choses. Bref, je kiffe, comme disent les jeunes.

Ah oui, et ce que je préfère ? Pouvoir me la péter un peu quand je dis que j’ai repris les cours, à 29 ans. ^_~

À suivre : Épisode 4 – ??

Épisode 2 : Salut les enfants !

Voilà, je viens de terminer ma seconde semaine depuis la rentrée des écoles. J’ai donc à mon actif deux séances pour chacun de mes groupes de TAP, alors je peux commencer à faire un premier bilan.

Les TAP, rappelons-le, ce sont les Temps d’Activités Périscolaires, instaurés l’an passé. Une réforme qui a fait couler beaucoup d’encre et qui continue. Je ne peux pas vraiment me prononcer sur les bienfaits ou les inconvénients. Je ne pense pas avoir assez de recul : jusqu’à la semaine dernière, je n’étais pas réellement « dedans ». En tant qu’animatrice TAP, j’y vois l’opportunité de faire des activités sympa avec les enfants et de me former à la gestion de groupes pour mes projets professionnels, mais les instits comme les parents auront certainement un avis différent.

Cette année, j’ai donc deux groupes. Le premier, que je gère toute seule, est composé d’enfants allant du CE2 au CM2. Ils sont chargés de rédiger un « journal des TAP », avec des articles de leur composition, sur des thèmes qu’ils choisissent eux-mêmes. Les enfants sont hyper motivés, l’équipe d’animateurs est très bien entourée, et rien n’est fait au hasard.
Des maternelles forment le second groupe, dans une autre école, et je suis avec deux autres animatrices pour les encadrer. Le travail n’est pas le même, et je trouve plus compliqué de s’occuper de petits que de grands comme les CE2/CM2. L’approche est différente, la façon de s’adresser à eux l’est aussi, et toute est une question de patience/tact/respect. Mais c’est très enrichissant, l’un comme l’autre.

Mon projet professionnel est plutôt centré sur la bibliothèque, alors pourquoi avoir accepté d’animer des TAP ? Tout simplement parce que lors de mon contrat à la médiathèque, il y a quelques mois, j’ai eu la chance de côtoyer des classes qui m’ont réellement donné l’envie d’inclure une partie « jeunesse » dans ma formation. De moi-même, avant la médiathèque, je crois que je ne serais pas allée vers le public enfant. Comme quoi, tout change. ^^

Je ne sais pas encore exactement où tout cela va me mener, mais pour le moment, je suis assez contente d’avoir ces opportunités d’animation. À voir sur le long terme !

À suivre : Épisode 3, retour sur les bancs de la fac.

Back to school, Épisode 1 : Angoisse, interrogations, et programme.

Backschool1
Septembre est à notre porte, et depuis quelques jours déjà, je prépare ma rentrée.

Cette année marque mon retour à la fac, mais aussi l’arrivée de nouveaux projets autant professionnels que littéraires que divers. Je suis assez enthousiaste face aux mois à venir, mais aussi carrément stressée. L’inconnu, les rentrées d’argent sporadiques, l’attente de réponses, gérer des groupes d’enfants, tout ça, tout ça. (Je dois avouer que ma plus grande angoisse, c’est quand même la fac avec les trajets en tramway + la peur de me paumer dans les couloirs + des gens que je ne connais pas. 29 ans, et toujours aussi dégourdie.)

Une dizaine de jours avant cette rentrée à la fac, les doutes m’assaillent. Est-ce que j’ai fait le bon choix ? Est-ce que c’est le moment opportun ? N’aurait-il pas mieux valu que je bosse cette année histoire de débloquer des aides de Pôle Emploi pour l’année prochaine ?

Interrogations balayées lorsque je pense à mes projets, à tout ce que ces neuf mois de formation vont m’apporter, à ces plans que j’ai pour l’an prochain. Ce n’est pas facile tout le temps de se focaliser sur l’avenir et pas sur cette rentrée, d’être sûre de moi et de trouver la volonté de le faire. Bien sûr, je pourrais décider de ne pas faire cette formation, je n’ai encore rien payé. Je pourrais chercher un travail, faire autre chose. Quelque chose de rassurant. Mais finalement, est-ce que j’en serais heureuse ? MAIS NON ! (Ouais, enfin, je vous dirai ça dans quelques semaines, hein…)

Comme je le disais plus haut, je vais faire plein de choses cette année, et je suis à la fois contente de pouvoir me changer les idées après ces derniers mois pourris et anxieuse (on l’aura compris) de ne pas être capable de tenir le coup. La procrastination va être mal accueillie, et pourtant, Dieux et Déesses savent que j’en suis une fan acharnée. Pas le temps pour le glandage cette année. \o/

En plus de ma formation Mediat à Lyon (deux jours par semaine), je vais aussi animer trois groupes de TAP, dans deux écoles différentes. J’ai fait le planning de la première période pour l’un des groupes : on va travailler sur un « journal des TAP ». Les deux autres, eh bien… on planifiera une fois que je saurai le niveau des enfants. Ces activités, qui sont complémentaires à ma formation, je vais vous en parler souvent sur le blog.

Oui, parce que j’ai aussi un programme chargé en articles de blog. Du moins, je l’espère très fort. Ça va spammer grave au Terrier.

Et pour couronner le tout, je suis officiellement chroniqueuse sur Fantasy Gate, où vous pourrez lire certains de mes avis sur des romans/films SFFF.

Bien entendu, je n’oublie pas ma vie littéraire. Je termine les corrections perso de mon prochain roman avant de les envoyer à mon éditrice pour la joie des corrections éditoriales (yay), pour une sortie fin novembre. En parallèle, j’ai commencé les synopsis de mes deux prochains projets : un roman « vampire » et un roman « loup ». Je ne sais pas lequel je vais écrire en premier, mais j’aimerais bien avoir terminé le vampire pour le Salon du Vampire de Lyon l’an prochain. Et puis, il ne faut pas oublier les week-ends de salons/dédicaces. Trois dates sont prévues d’ici décembre, et je vais bientôt me pencher sur mon planning 2016.

Eh bien, voilà ! Lundi, je me jette à l’eau avec ma première formation concernant la gestion d’un groupe d’enfants, mardi, c’est la rentrée des TAP, et jeudi 10, direction Lyon pour mon premier jour d’étudiante.

Ça va le faire.

À suivre : Épisode 2, Salut les Enfants !