[J’ai testé] L’Oracle de la Déesse Sombre

En rangeant mon étagère « ésotérique », j’avais pris la décision de ne plus acheter de tarots ou oracles. Cette décision aura duré bien, quoi, trois mois et demi. Jusqu’à ce que je croise la route d’un oracle qui m’était forcément destiné. J’ai résisté, longtemps ! Et puis, Opium and Witches, pour ne pas la nommer, a réussi à me convaincre. J’ai donc acheté l’Oracle de la Déesse Sombre d’Iria Del et Gulliver l’Aventurière, aux éditions Alliance Magique sous le label Arcana Sacra.

OracleDS1

Que dire ? C’est une superbe boîte rigide, contenant le livre explicatif et une autre boîte pour les cartes. C’est solide, bien que ça tienne énormément de place (ça me fait une excuse pour acheter de nouveaux meubles…) et c’est beau.

OracleDS2

Le livre est hyper compact. Il y a plusieurs niveaux de lecture pour les cartes, avec à chaque fois une référence dans la Pop culture et un rituel/méditation. C’est de l’excellente qualité, le livre se tient bien, il est agréable à parcourir et on sent qu’il ne va pas s’abîmer en une lecture. Iria Del propose un tirage « Speed dating » afin de se familiariser avec les cartes. A la question « que penses-tu de moi ? », j’ai tiré la Prêtresse d’Eau, ce que j’ai trouvé absolument pertinent. 😀

OracleDS3

Côté graphisme, Gulliver a vraiment capturé l’essence des personnages représentés. Les choix sont pertinents et puissants, et les messages des cartes sont autant de marches d’un escalier vers une énergie féminine décuplée. Ça tombe juste. J’aime particulièrement cette carte, que je sors assez souvent :

OracleDS4

« Il était une fois une jeune femme au potentiel infini qui attendait, dans la lassitude et l’insatisfaction, que sa vie commence enfin. (…) Par une nuit sans lune, son âme lui parla en rêve, lui promettant de lui montrer dans un puits magique le reflet de son grand amour et de son flamboyant succès. A la surface de l’eau, son propre reflet lui sourit alors et lui chuchota « et elle vécut heureuse… » »

sdr

On trouve aussi dans ce jeu des figures mythiques telles Lilith, Hécate ou la Santa Muerte, ainsi que des « concepts » comme la Mère de Feu, la Sage-Femme ou encore la Guerrière d’Air. Toutes les cartes sont magnifiques et leurs messages vraiment parlants, faisant de cet oracle l’un de mes favoris à utiliser. 🙂

Petits bonheurs – 23 janvier

Prix2

  • Lancer le prix de l’Imaginaire à la bib.
  • Des amis qui se déplacent pour ça.
  • Voir l’élément principal de la couv de ma prochaine parution.
  • Entrer dans le bureau de l’asso « Dans les yeux d’Hulk ».
  • Les répétitions du carnaval du Sou des Ecoles.
  • M’acheter des nouvelles fringues et une paire de chaussures.
  • Manger un croque-monsieur chèvre-miel (quelle tuerie…).
  • Discuter avec les copines.

[Ma vie de bib] Prix littéraire de l’Imaginaire

Depuis que j’ai mon poste de responsable de bibliothèque, je tente pas mal de choses. J’ai réussi à happer le public enfant qui répond bien à toutes les animations, j’ai mis de côté le public adulte qui lui, a beaucoup de mal à franchir les portes de la bibliothèque, pour revenir avec un gros projet début 2020 : un prix littéraire de l’Imaginaire. \o/

Prix2

Comme je suis assez bien la production, la sélection d’ouvrages a été relativement rapide : il y avait deux critères officiels (en dehors du fait qu’il fallait de la qualité, n’est-ce pas), l’auteur/autrice devait résider en AURA et le roman devait avoir été publié en 2018/2019. Pour les « officieux », j’ai choisi des ouvrages susceptibles de fonctionner dans mon réseau de bibliothèques, étant donné que l’Imaginaire, ce n’est pas ce qui sort le plus. Et comme je voulais profiter de la Nuit de la Lecture, nous avons lancé le prix samedi dernier.

Breeeeef. Samedi dernier, cérémonie d’ouverture, avec le stress qui va bien. C’est là que nous avons dévoilé les six titres en compétition :

« Résolution« , de Li-Cam

« Le tyran des songes« , d’Oren Miller

« Les baleines célestes« , d’Elodie Serrano

« Les machines fantômes« , d’Olivier Paquet

« Les fileurs de temps« , de Thomas Fouchault

« Ce qui vient la nuit« , de Mathieu Rivero (Julien Bétan et Melchior Ascaride)

Elodie Serrano et Thomas Fouchault (accompagné de Frédéric Dupuy des éditions 1115) nous ont fait l’immense plaisir de venir nous voir dans notre si lointaine campagne. Li-Cam et Olivier Paquet étaient déjà en animation et j’ai mis un peu trop de temps à prévenir Oren Miller. ^^’ Je pense que tout le monde a passé un bon moment (surtout moi, quand j’ai pu arrêter de parler).

Tous les livres ont été empruntés pour la première vague de lecture, les votes auront lieu en juillet, et à la rentrée 2020, il se passera… quelque chose. 😉

Petits bonheurs – 16 janvier

mde

  • Le premier ciné de l’année.
  • La saison 6 de Brooklyn 99.
  • Découvrir un nouvel endroit sympa juste à côté de chez moi pour aller balader les chiens.
  • Les progrès d’Hachiko en laisse.
  • Préparer le prix de l’Imaginaire à la bib (il y a plus de stress que de bonheur, mais bon XD;).

 

Et un petit rappel de début d’année pour dire que l’idée de mes Petits Bonheurs vient du côté des Libellules. ^_~