[Avis] Petite histoire de l’embaumement – N. Delestre

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une lecture faite dans le cadre de mes investigations post-mortem. Depuis plusieurs années, je ne vous l’apprends plus, la Mort est un sujet sur lequel je travaille avec assiduité, et à côté de toutes les considérations sur le deuil qui occupent la majorité de mes réflexions, je m’intéresse aussi beaucoup au domaine des pompes funèbres et des soins funéraires. (Ce n’est pas pour rien que l’héroïne de Pandémonium est thanatopractrice. ^^)

C’est dans cette optique que je suis avec grande attention depuis ses débuts le site Embaumements, dont Nicolas Delestre est l’un des fondateurs. Les informations qu’on y trouve sont toujours intéressantes, et les vidéos offrent un support ludique pour en apprendre toujours plus.

Nicolas Delestre, donc, est spécialisé dans l’histoire de la préservation des corps et dans l’étude des momifications volontaires ou naturelles. C’est un collectionneur et un bibliophile reconnu essentiellement dans les domaines de la médecine légale, de l’embaumement et de l’anthropologie criminelle. (biographie de la maison d’édition). Et il est l’auteur de « Petite histoire de l’embaumement en Europe au XIXe siècle » paru aux éditions du Murmure ce mois-ci, dont je vais vous parler maintenant.

Histoire_Embaumement_au-19e_cover_web_medium

Comme son titre l’indique, l’auteur se concentre sur l’Europe du XIXe siècle pour nous raconter les prémices des techniques de la thanatopraxie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

On suit dans cet ouvrage les débuts hésitants mais motivés de l’embaumement, afin de rendre la Mort plus « facile » pour les vivants. En conservant l’intégrité des corps, les médecins de l’époque ont compris l’importance de cette nouvelle science, puisqu’elle permettait aux familles de garder leurs proches plus longtemps après le décès. Les raisons allant d’un rapatriement ou pour simplement permettre à la famille éloignée géographiquement de pouvoir assister à la veillée.

L’auteur propose une courte mais efficace leçon d’histoire sur les différents praticiens qui se sont essayés aux techniques de préservation des corps, pour en arriver aux techniques utilisées de nos jours.

Les passionnés de la question pourront déplorer la brièveté du récit, bien que cette concision fasse de cet ouvrage un petit guide efficace pour avoir les bases de l’histoire au même endroit. Je le trouve bien fait pour les « novices » intéressés par le sujet, car le style et la quantité d’informations ne sont pas trop lourds et donnent envie d’en découvrir plus.

Pour finir, je remercie Nicolas Delestre de m’avoir permis de découvrir son ouvrage qui tient désormais une bonne place dans ma bibliographie personnelle sur la Mort et les soins funéraires. J’espère avoir l’occasion de suivre l’auteur dans ses nouveaux projets !

Pour vous procurer l’ouvrage, c’est par là.

Publicités

Petits bonheurs – 14 septembre

  • Faire des achats chez Gibert Joseph à la Soie.
  • Avoir des papillons dans le ventre en envoyant un mail.
  • Recevoir un nouveau jeu de tarots.

DJWicF2X0AAnlD2.jpg

  • Suivre une formation au boulot et rencontrer des gens d’autres bibliothèques.
  • Aller à la soirée de rentrée du Dépôt Imaginaire.
  • Tomber de sommeil sans tourner 25 ans dans mon lit.
  • M’inscrire pour être maquillée à la prochaine Zombie Walk. \o/
  • Aller aux Médiévales de Crémieu et m’offrir un cercueil en pendentif.

En vrac

La fin d’année se rapproche doucement, et bien que ce ne soit pas encore l’heure du bilan écrituresque, j’aimerais bien faire un point sur ce qui va m’occuper pendant les mois à venir.

Des corrections, bien entendu ! Je ne doute pas un seul instant que je vais encore bosser sur Pandémonium (même si le boulot touche à sa fin). On m’a demandé de donner un coup de jeune à un vieux manuscrit de SF, ce sera mon objectif du mois de septembre. En octobre, je passe aux corrections d’Emma, écrit cette année et que j’aimerais bien présenter à un éditeur avant décembre.

Côté écriture, il y aura le NaNo avec mon uchronie spéciale « Lieutenant Tom ». J’ai un peu peur de ce projet qui va me faire manier la véritable histoire d’un garçon extraordinaire mais retranscrite à un autre moment.

Enfin, en ce qui concerne la sociabilité livrée avec le package « autrice », deux événements à venir : les 20 et 21 octobre au France Loisirs de Lyon Part-Dieu (avec une table ronde, dont je vous recause bientôt) et le Salon Fantasy en Beaujolais les 11 et 12 novembre, où je serai sur le stand de Rebelle.
Et puis… peut-être… Je me tâte encore… Peut-être, peut-être que j’irai voir les copains à Ménétrol finalement. Je vais me décider vite (il faut, c’est dans moins de deux semaines ^^).

Quand ça veut pas…

Je profite d’un moment où tout va bien pour mettre à jour le blog… pour dire que je ne ferai pas de billet aujourd’hui. Je me bats avec mon ordi depuis trois jours, ça m’agace, je ne trouve pas le problème.

Alors aujourd’hui, pas le temps de parlementer plus que ça ! On se retrouve mardi pour un « vrai » billet (si tout se passe bien…).

Tcho !