Mon bilan de 2020

Je vais enfoncer une porte ouverte en commençant par dire que 2020 a été une année particulièrement bizarre. Elle a semblé tellement longue et pourtant, on est arrivés au bout. J’avoue que j’ai l’impression d’avoir ouvert la case du 1r décembre de mon calendrier hier, je ne sais pas ce que j’ai fait ce mois-ci.

Dire qu’on avait commencé 2020 par une menace de guerre mondiale et des feux en Amazonie (ou en Australie ? je sais même plus) ! Et puis paf, premier confinement. Je me souviens de l’annonce de ce premier confinement comme une espèce de cauchemar… Le mercredi après-midi, on enterrait mon parrain, le soir, le président annonçait la fermeture des écoles, et fin de semaine, « allez, tout le monde chez soi ».

Puis la fin du confinement, mon médecin qui me parle de cancer de la thyroïde tranquillou bilou (alors que ce n’était « qu »’une thyroïdite), ma marraine qui elle nous annonce son cancer du sein, la mairie qui m’impose pendant trois mois un colocataire/voisin tellement irrespectueux que j’aurais pu le démembrer, et re-confinement. Là j’attaque donc l’hiver dans mon appartement qui ne chauffe pas, quelle année, mes aïeux, quelle année.

Mais il y a eu de jolies choses tout de même –heureusement.

L’an dernier, mes objectifs se résumaient à « quitter la bibliothèque et me reconvertir dans le monde du funéraire ». Je suis passée par toutes les émotions concernant ce projet : la motivation, la peur, le doute, la volonté, l’énervement, et enfin, l’acceptation. Clairement, ce n’est pas le moment ni/ou ma mission de vie. En faisant les démarches à droite et à gauche et surtout en voyant qu’elles menaient à chaque fois à une impasse, j’ai appris à re-aimer mon métier. Bien sûr, je suis dans un village où j’aurai toujours du mal à faire comprendre ce qu’est une bibliothèque mais je suis dans une configuration logement / boulot presque parfaite pour le moment (si on oublie le chauffage et les surprises de voisinage).

Et j’ai des pistes pour mon futur professionnel ! J’ai suivi une formation de biblio-créativité, ce qui va me permettre dès janvier de proposer des nouveaux ateliers, et je vais essayer de compléter mon temps partiel, ne serait-ce que pour peut-être déménager ou mettre de côté pour pouvoir acheter une maison dans les années à venir. Bibliothécaire, c’est vraiment mon job de rêve et qui me correspond à 100%. J’y suis arrivée par hasard il y a cinq ans et je ne me vois pas faire autre chose. Donc je vais continuer à me former sur plein de nouvelles choses, et peut-être qu’un jour, j’irai voir là où culture n’est pas synonyme de gros mot. En attendant, je me laisse vivre tranquillement là où je suis.

Toujours côté professionnel mais du côté écriture cette fois, cette année j’ai sorti mon premier ouvrage jeunesse. Pas de salon mais une dédicace en librairie, j’ai l’impression d’être passée à côté de cette sortie mais je crois qu’on est un peu tous dans le même cas.

J’ai terminé deux manuscrits cette année, eh oui. J’ai peu d’espoir pour le premier car je trouve qu’il manque de passion, mais j’attends avec impatience les retours sur le second. En tout cas, ce second manuscrit m’a permis de me libérer d’une sorte de prison mentale forgée autour du Japon. D’une part côté écriture parce que je me suis forcée à envoyer un projet que je traîne depuis des années sans jamais oser le proposer, et d’autre part par rapport au pays lui-même (long story).

Ensuite, peu de voyage, évidemment. J’avais prévu un week-end à Bordeaux en mars, reporté en septembre sous la flotte. Bon, ce ne sera pas ma ville préférée mais on l’a fait. Et j’ai profité de ce week-end pour me faire tatouer un sigil. Tatouages fois deux cette année puisque je repasse sous les aiguilles ce mardi (sauf confinement surprise…) !

Avec Hachiko, nous avons fait de gros progrès de communication. Sa première année a été particulièrement difficile entre nous, par ma faute. J’ai enfin réussi à me poser pour le prendre tel qu’il était, pour le remercier d’avoir été un soutien dans mon processus de deuil malgré son jeune âge, et aujourd’hui, je le comprends beaucoup mieux. Je pense même pouvoir dire que je ne suis pas la mauvaise maîtresse que je pensais être pour lui, et que je lui apporte ce dont il a besoin. Il me bouffe encore tout ce que je laisse traîner si je le laisse tout seul mais bon, je n’ai qu’à ranger mes affaires, haha.

Voilà le bilan de cette année. Sans la pandémie, je ne sais pas si j’aurais fait plus de choses. Peut-être voyager plus ? Mais 2020 m’a permis de mettre tout en pause pour réfléchir à ce que je voulais vraiment, l’inactivité forcée a été bénéfique pour prendre du recul. Puis je ne sais pas, je suis gonflée d’espoir pour les mois à venir, même si les reconfinements sont à prévoir et que la pandémie est loin d’être derrière nous.

D’ordinaire, je fais une liste des choses que je veux accomplir l’année suivante. L’an dernier, j’avais noté « aller plus souvent au cinéma », « voyager souvent », « voir plus de monde ». Je pense que je vais me taire aujourd’hui et voir comment le futur se déroule. Mon futur immédiat implique d’ailleurs de l’eau chaude et une bombe de bain. 😉

3 réflexions sur “Mon bilan de 2020

  1. Quel beau bilan, je ressens plein d’émotions en le lisant, en découvrant par quoi tu es passée non seulement dans ta vie, dans ta créativité mais aussi avec Hachi. Ce sont des choses que je comprends très bien donc ça me fait plaisir de lire ton évolution positive avec Hachi mais aussi tes ambitions pour ton job.
    Bref j’espère que 2021 t’apportera tout ce que tu en espères et que tu t’épanouiras 😊 tu le mérites !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s