Death positive

IMG_20180415_080445_resized_20180415_123338871

Lorsque je poste quelque chose à propos de Pandémonium, je l’accompagne souvent du hashtag « Death Positive ». On pourrait le traduire en français par « une approche positive de la mort », et c’est vraiment le message que je veux faire passer avec mon roman.

Mais il y a un réel mouvement derrière ce hashtag un peu cryptique. Mouvement plutôt nord américain, avec en tête de file l’Ordre de la Belle Mort (Order of the Good Death en anglais). Créé par Caitlin Doughty, il rassemble aujourd’hui des professionnels de l’industrie funéraire, des conservateurs de musée, des archéologues, des anthropologistes, des artistes de toutes sortes, etc. Tous travaillent dans le même objectif : démystifier la Mort.

Il ne s’agit pas de lui vouer un culte morbide, mais bien d’accepter qu’elle fait partie de la vie. Ils n’attendent pas la mort avec impatience, mais ont décidé de ne plus l’occulter pour « mieux vivre ». Et d’en parler autour d’eux afin de faire changer les mentalités.

Caitling Doughty (autrice de « Chroniques de mon Crématorium » dont je vous ai parlé longuement ici) milite par exemple pour des funérailles avec moins de distance entre les défunts et les familles, pour le droit de chacun d’avoir ses dernières volontés respectées ou encore pour des prix funéraires moins exorbitants. Sa chaîne Youtube « Ask a mortician » vulgarise l’envers de la mort et des pompes funèbres.

Si vous lancez une recherche sur Google, vous trouverez pas mal de liens assez intéressants. N’hésitez pas à regarder le #deathpositive sur les réseaux sociaux également. Personnellement, je suis Caitlin Doughty sur Twitter mais aussi Death and the Maiden, A Course in Dying et Strange Remains, et j’aime beaucoup le compte Instagram « Talk Death Daily« .

En France, le mouvement est un peu plus confidentiel (mais je n’ai pas cherché bien fort non plus), je vous conseille cependant les vidéos de Le Bizarreum sur Youtube, ainsi que le site Embaumements.

Pandémonium entre dans ce mouvement. Le format roman est ce que j’ai choisi pour aborder des thématiques importantes telles que le fonctionnement des pompes funèbres, les embaumements, la place de la famille, le choix de ses propres funérailles. Il rentre dans un projet plus important que je mène (Thanatomorphose, un jour tu seras un vrai site à jour !), toujours dans cet objectif de « mort positive ».

A noter également l’existence des Death Café, qui fonctionnent bien un peu partout dans le monde, mais un peu moins en France. Pour le moment. 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s