Mon corps, mes tatouages

Cette semaine, j’ai eu rendez-vous avec mon 8e tatouage. Avant de vous parler de cet instant magique, je vais d’abord vous raconter une petite histoire qui m’est arrivée au boulot.

Contexte : je suis bibliothécaire dans une structure universitaire, j’ai des heures de service public, donc je fais parfois de l’accueil. Ce sont généralement des étudiants, mais nous rencontrons également d’autres usagers. Dont un monsieur plutôt âgé, qui vient me voir au poste d’accueil après avoir reçu mon aide pour la photocopieuse.

Conversation :
Vieux Monsieur : « Mais pourquoi vous avez fait ça ? »
Moi, surprise, pensant qu’il me parlait de la photocopieuse : « Comment ça ? »
VM, montrant dédaigneusement du menton mes épaules : « Ça, là. »
Moi : « Mes tatouages ? Eh bien j’imagine que je les ai faits parce que j’en avais envie. »
VM : « Bah. C’est vraiment pas beau sur une femme. Ça gâche tout. »
Moi, habituée aux vieux relous : « C’est votre opinion. »
VM, enflammé : « C’est celle de tous les hommes ! Les hommes détestent les femmes avec des tatouages, ils trouvent ça dégueulasse ! »
Moi, toujours calme : « Ma foi, je connais plein d’hommes que ça ne gêne pas. »
VM : « Ils vous mentent ! Aucun homme ne peut aimer ça ! »
Moi : « Eh bien tant pis pour eux. »

Le Vieux Monsieur, voyant bien qu’il n’avait aucune prise sur moi, me souhaita alors une bonne journée avant de partir.

(Note de moi : Je ne me suis pas énervée, pour la simple raison que je connais ce genre de personnes : plus je vais essayer d’argumenter mes choix, plus ils vont vouloir m’expliquer que j’ai tort, et la discussion tournera en rond pendant un temps que je n’ai pas à leur accorder. Alors que sourire bêtement les laisse désemparé, sans prise pour accrocher leur raisonnement. Fin de la note de moi.)

Ce genre de remarques n’est heureusement pas très courant. D’ordinaire, j’ai plutôt des compliments, en particulier pour ma Freyja, réalisée par Flora de Rêves d’Encre à Annonay. Il faut dire qu’elle dépote grave.

J’ai commencé les tatouages il y a 7 ans, avec un renard. J’avais choisi la mauvaise tatoueuse, qui a fait un truc, bon… passable. Erreur de jeunesse. Mais il a été depuis amélioré avec un dessin réalisé par une amie, et je l’aime beaucoup plus.

Mon frère a dessiné pour moi trois tatouages, dont l’Arbre de Vie que j’ai sur le mollet, en hommage à ma grand-mère. C’était une façon pour moi de graver pour toujours le manque et le deuil avec une note d’espoir.

Tous mes tatouages ont une histoire, et c’est parfois blessant quand des gens viennent vous voir, dans la rue ou au travail, pour vous dire que c’est une erreur. Vous ne connaîtrez peut-être jamais les raisons d’un tatouage, ce qui se cache derrière un motif et les épreuves endurées pour en arriver là. Et même si vous savez que c’est « juste » pour faire joli, est-ce que c’est votre problème, franchement ?

Je n’ai jamais de mal à parler de mes tatouages si on me le demande. Il y a une raison pour tous, et sauf pour ceux qui sont cachés, les raisons ne sont pas secrètes. Artémis, sur mon épaule, est là pour me rappeler que je peux atteindre mes objectifs. Freyja est le cadeau que je me suis offert quand je me suis réappropriée l’image de mon corps.

Et il y a eu le petit nouveau, le « tatouage n°8 ». Cela faisait un petit moment que j’avais en tête ma prochaine encre, presque deux ans. Mais je ne trouvais pas la personne qu’il fallait pour le réaliser. Jusqu’à ce que je découvre le travail d’une artiste lyonnaise et que j’en tombe folle amoureuse. Le trait était parfait, le style idéal, l’esprit complètement comme le mien, bref, il fallait que je la contacte !

Rendez-vous pris aux Terreaux, dans le shop My Body Art, pour rencontrer Diane, alias Lullaby D. Le contact passe, je dis ce que je veux dans les grandes lignes, elle est emballée, on se cale un rendez-vous le 19 septembre pour nous amuser.

Et nous nous sommes amusées pendant 4 heures ! J’ai même piqué un roupillon à un moment tellement j’étais bien.

C’était la première fois que je n’avais pas de dessin tout fait avant de prendre rendez-vous. J’avais expliqué à Diane ce que je voulais, et je lui ai laissé carte blanche. Je n’avais donc aucune idée du rendu avant de le voir sur mon bras. (Je mens un peu : Diane m’avait envoyé la veille une esquisse du modèle pour voir si ça m’allait. Mais comme il fallait l’enrouler autour du bras, c’était compliqué d’avoir un dessin complet, je savais que le jour J, ça allait partir en « freehand ».)

Au bout des quatre heures de tatouage, j’ai pu découvrir le travail réalisé. Je ne l’imaginais pas comme ça parce que je n’avais pas d’idée fixe sur ce que je voulais, mais alors, quel choc. C’était superbement effectué. Fin, délicat et à la fois bien badass, rempli de détails, le rendu était parfait.

IMG_20170921_065001_725

Ce tatouage, c’est Jormungand, le serpent du monde, frère de Hel. Entre autre, parce qu’il peut aussi symboliser Lilith. Et le fait de toujours être capable de s’adapter en changeant de peau. Et encore d’autres choses. ^_^ Il enroule sa queue autour d’une clé. Là encore, des dizaines de significations possibles. Comme le tatouage est lié à Pandémonium (mon prochain bouquin pour ceux qui ne suivent pas), je dis que c’est une clé vers les Enfers. En tout cas, vers un autre monde.

IMG_20170921_202405_968_resized_20170923_093948829

Comme d’habitude, mon corps réagit bizarrement aux agressions. J’étais en pleine forme pendant la séance, pas de vertige, rien. Je pétais le feu en sortant du shop (peut-être parce que je savais que j’allais me faire plaisir à Frite Alors ^^). Et le lendemain, paf, petite nausée en nettoyant mon bras. Il faut quelques heures à mon corps pour se rendre compte de ce qu’il vit, en fait. ^^ Là je suis dans les soins avec mon kit fétiche Easy Tattoo. C’est tout de même plus propre d’aller bosser avec un tatouage qui brille un peu plutôt que recouvert d’une crème bien blanche.

On m’a bien entendu demandé quand j’allais m’arrêter (quand je serai morte ?), pourquoi j’avais fait ça, mais surtout, on a loué le travail de Diane. Comme je me fiche un peu de ce qu’on peut penser de mes actes (surtout quand ça ne concerne que moi, n’est-ce pas), c’est le plus important.

 

Publicités

4 réflexions sur “Mon corps, mes tatouages

  1. Tu n’as pas à argumenter tes choix, il me semble que l’on est encore libre de faire ce que l’on veut. Et aux personnes qui demandent pourquoi tu as fait cela, tu pourrais autant leur demander pourquoi, eux, ont décidé d’être cons !! 😀
    Bisou

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s